Un pape prêt-à-porter

Prévoyant, le Vatican a déjà commandé les futures tenues du pape qui doit être élu par les cardinaux à l'issue du conclave qui se tient après le retrait de Benoît XVI.

Les tenues papales déjà préparées par le couturier Gammarelli.
Les tenues papales déjà préparées par le couturier Gammarelli. (ALBERTO PIZZOLI / AFP)
«Pour tous les conclaves, le Vatican a fait la faveur à Gammarelli de lui demander de réaliser trois tenues, la première en taille S, la deuxième en taille M et la dernière en taille L, pour pouvoir habiller le pape au moment où il va saluer la foule sur la place Saint-Pierre, juste après son élection par le conclave», écrit sur son site le fournisseur officiel de tenues vaticanes, le couturier romain Gammarelli, installé via Santa Chiara.

«Pour ce conclave, nous avons préparé trois habits ecclésiastiques blancs en laine, accompagnés d'une mosette (pèlerine) de velours rouge bordée de fourrure blanche parce que nous sommes en hiver, d'une étole, de chaussures rouges et d'une calotte», explique Lorenzo Gammarelli, l'un des gérants de l'antique maison.

Et de raconter le défi représenté par cette commande très spéciale: «Pour les habits, on peut toujours s'adapter, pour la calotte aussi cela importe peu, en revanche, pour les chaussures, c'est plus difficile, le futur pape ne pourra pas mettre des chaussures qui ne seraient pas à sa taille : nous proposerons donc toutes les tailles possibles.»

Fournisseur officiel
«Les tissus dans lesquels nous réalisons les soutanes sont en pure laine. Il n'y pas de laine spéciale pour le Saint-Père, c'est le tissu classique qu'on utilise pour tous nos clients qui s'habillent de blanc. Outre le Saint-Père, il s'agit de missionnaires et de certains ordres monastiques», explique-t-on chez Gammarelli, dont les portraits des papes sur les murs attestent du statut de fournisseur officiel du Vatican.

«Le conclave est un moment exceptionnel, très particulier», souligne-t-il non sans fierté. «Dans ce cas, il l'est encore plus car l'on ne s'y attendait pas du tout : la démission du Saint-Père nous a pris par surprise», confie Lorenzo Gammarelli.