Pour la première fois, la France propose une femme comme ambassadrice au Vatican

Elisabeth Beton Delègue devrait représenter la France auprès du Saint-Siège si le pape François accepte cette nomination.

Elisabeth Beton Delègue, alors ambassadrice de France en Haïti, prend la parole après une conférence de presse à Port-au-Prince, le 13 mars 2015.
Elisabeth Beton Delègue, alors ambassadrice de France en Haïti, prend la parole après une conférence de presse à Port-au-Prince, le 13 mars 2015. (HECTOR RETAMAL / AFP)

La France a proposé le nom d’une diplomate, Elisabeth Beton-Delègue, pour occuper le poste d'ambassadeur au Vatican, selon les informations de franceinfo recueillies mercredi 10 avril, confirmant une information de Challenges. Si sa nomination est acceptée, elle sera la toute première femme française à occuper ce poste.

Sa nomination mettrait également un terme à neuf mois d'attente. Le dernier ambassadeur, Philippe Zeller, est parti à la retraite en juillet dernier, atteint par la limite d’âge. Il y avait un intérim, assuré par un chargé d’affaires, Yves Teyssier d’Orfeuil, mais le gouvernement français n’avait encore proposé aucun successeur.

Une proposition des Affaires étrangères

Le nom d’Elisabeth Beton-Delègue a été soumis au chef de l’État par le ministre des Affaires étrangères. C'est "un excellent choix", dit un diplomate du Quai d’Orsay sous couvert d’anonymat. Ne manque plus que l’agrément officiel du Vatican. C’est "une première intéressante", souligne une autre source proche du dossier.

Pour autant, Elisabeth Beton-Delègue sera loin d’être seule. Sur les 127 pays qui sont actuellement représentés au Vatican, 20 le sont par une femme : l'Ukraine depuis 2007, et les autres depuis 2014 : États-Unis, Panama, Pérou, Lettonie, Saint-Marin, Australie, Grande-Bretagne, Bénin, Suède, Burundi, Mauritanie, Kazakhstan, Nicaragua, Philippines, Pays-Bas, Autriche, Espagne, Grenade, Islande.

Énarque, catholique, mariée

Diplomate de carrière de 64 ans, énarque, catholique, mariée, Elisabeth Beton-Delègue colle parfaitement au profil du poste, en général réservé aux diplomates catholiques en fin de carrière. Entrée au ministère français des Affaires étrangères en 1982, elle a été en poste en Irak, en Turquie, ambassadrice au Chili et au Mexique et jusqu’en septembre ambassadeur en Haïti. Elle était depuis en attente d’affectation.

La future locataire de la Villa Bonaparte respecte surtout la règle diplomatique - non écrite - qui exige que les ambassadeurs près du Saint-Siège ne soient ni divorcés, ni pacsés, ni militants de la cause homosexuelle. Une règle qui avait bloqué en 2007 la nomination de l'écrivain Denis Tillinac, divorcé et remarié, et surtout en 2015 celle de Laurent Stefanini, ancien chef du protocole de la présidence de la République, qui assumait son homosexualité. Le pape François n’avait jamais donné suite à la demande d’accréditation de la France. Pendant 15 mois, de février 2015 à juin 2016, le poste était donc resté vacant, François Hollande, qui venait de faire adopter la loi légalisant le mariage de personnes de même sexe, refusant de faire d’autre proposition.

Si sa nomination est acceptée, Elisabeth Beton-Delègue devrait être reçue dans les prochains mois par le pape François pour présenter ses lettres de créance.