Synode sur la famille : les évêques remettent au pape un rapport consensuel

Les évêques appellent à un "discernement au cas par cas" pour les divorcés remariés, sans évoquer leur accès à la communion.

Le pape François lors de son arrivée au dernier jour du synode sur la famille, le 24 octobre 2015 au Vatican.
Le pape François lors de son arrivée au dernier jour du synode sur la famille, le 24 octobre 2015 au Vatican. (ANDREAS SOLARO / AFP)

Les 270 évêques participant au synode sur la famille ont approuvé, samedi 24 octobre, un texte qui a été remis au pape François. Chacun des articles de ce rapport consensuel a été approuvé à la majorité qualifiée des deux-tiers.

Un "discernement au cas par cas" pour les divorcés remariés

Sur le sujet très sensible des divorcés remariés, le texte appelle à un discernement au cas par cas et à leur pleine intégration dans l'Eglise, sans aller jusqu'à parler explicitement d'un accès éventuel à la communion. Les trois paragraphes concernant ce sujet ont été adoptés de justesse, avec les scores les plus faibles.

Le porte-parole du Saint-Siège, Federico Lombardi, a souligné samedi soir le caractère de proposition du document, à charge ensuite au pape de décider des orientations à prendre. Les pères synodaux ont d'ailleurs demandé au pontife argentin de produire un "document sur la famille".

Le synode propose de lever certaines interdictions qui frappent les divorcés remariés dans leur service "liturgique, pastoral, éducatif et institutionnel", et propose à chacun de mener un "chemin de discernement", à travers un "examen de conscience" sous la supervision d'un prêtre.

Toujours pas de reconnaissance des couples homosexuels

"On ne peut nier que, dans certaines circonstances [de la crise d'un couple], les responsabilités d'une action peuvent être diminuées ou annulées (...). Les conséquences des actes accomplis ne sont pas nécessairement les mêmes dans tous les cas", affirme le paragraphe qui a rencontré le plus d'oppositions (adopté par 178 voix contre 80).

L'homosexualité n'est abordée que dans un article assurant que chacun mérite respect et dignité mais répétant la ferme opposition de l'Eglise à toute reconnaissance des couples de même sexe et se contentant d'appeler à un effort d'accompagnement particulier pour les proches des personnes homosexuelles.