Seconde Guerre mondiale : le pape annonce l'ouverture en 2020 des archives secrètes du Vatican sur Pie XII

De nombreux chercheurs réclament depuis des années de pouvoir examiner ces documents, qui pourraient faire la lumière sur l'action de Pie XII pendant ce conflit.

Portrait du pape Pie XII écrivant à la machine à écrire dans son bureau, au Vatican, dans les années 1940. 
Portrait du pape Pie XII écrivant à la machine à écrire dans son bureau, au Vatican, dans les années 1940.  (LEEMAGE / AFP)

Le pape François a annoncé, lundi 4 mars, que les archives secrètes du Vatican sur le pontificat de Pie XII (1939-1958) seraient ouvertes le 2 mars 2020, ce qui pourrait permettre de faire la lumière sur son action pendant la Seconde Guerre mondiale. De nombreux chercheurs réclament depuis des années de pouvoir examiner pourquoi Pie XII n'est pas plus intervenu contre la Shoah, une attitude que des organisations juives dénoncent comme une forme de complicité passive. 

Pour beaucoup d'historiens, il aurait dû condamner bien plus fermement le massacre des juifs mais ne l'a pas fait par prudence diplomatique et pour ne pas mettre en péril les catholiques dans l'Europe occupée. D'autres historiens assurent en revanche qu'il a sauvé des dizaines de milliers de juifs italiens en demandant aux couvents de leur ouvrir leurs portes.

"L'Eglise n'a pas peur de l'histoire"

"L'Eglise n'a pas peur de l'histoire", a affirmé François, en rappelant que Pie XII s'était retrouvé à la tête de l'Eglise "en un moment parmi les plus tristes et sombres du XXe siècle". "J'assume cette décision (...), sûr que la recherche historique sérieuse et objective saura évaluer sous sa juste lumière, avec les critiques appropriées, les moments d'exaltation de ce pape et, sans doute aussi, les moments de graves difficultés, de décisions tourmentées, de prudence humaine et chrétienne", a-t-il ajouté.

Alors que ses successeurs Jean XXIII (1958-1963), Paul VI (1963-1978) et Jean-Paul II (1978-2005) ont été canonisés, le procès en béatification de Pie XII, relancé en 2009 par Benoît XVI, est depuis au point mort en raison des controverses sur son rôle pendant la guerre.