Cet article date de plus de neuf ans.

Le Vatican juge "diffamatoires" les liens établis entre le pape et la dictature argentine

Au lendemain de l'élection de François à la tête de l'Eglise, certains ont souligné sa passivité, voire sa complicité, vis-à-vis de la dictature argentine dans les années 1970-1980.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le pape François au balcon de la basilique Saint-Pierre, le jour de son élection, le 13 mars 2013, au Vatican. (DYLAN MARTINEZ / REUTERS)

A peine le conclave terminé, le Vatican n'entend pas laisser salir l'image du nouveau pape. Le porte-parole du Saint-Siège, Federico Lombardia, a rejeté fermement, vendredi 15 mars, les accusations de connivence avec la junte militaire argentine dont aurait fait preuve le pape François.

Au lendemain de l'élection du cardinal argentin à la tête de l'Eglise catholique, son parcours a été passé au crible par la presse internationale, avec une attention particulière portée à la période de la dictature militaire, entre 1976 et 1983. Nombreux ont été ceux qui ont souligné la passivité de l'Eglise d'Argentine, dont Jorge Bergoglio était à l'époque le primat, face aux crimes de la junte. Certains l'ont même accusé d'avoir contribué à l'arrestation de deux curés jésuites, accusation que le principal intéressé a réfuté dans une autobiographie parue en 2005.

Une campagne de "la gauche anticléricale", selon le Vatican

Pour le Vatican, il s'agit là de déclarations "calomnieuses et diffamatoires". Le porte-parole parle d'une campagne venant "d'éléments de la gauche anticléricale pour attaquer l'Eglise et elles doivent être rejetées".

"Il n'y a jamais eu d'accusations crédibles à son encontre, il a été interrogé une fois par la justice argentine en tant que personne informée des faits, mais il n'a jamais été accusé de rien", a poursuivi Federico Lombardi. Selon lui, il "existe en revanche des preuves selon lesquelles il fit beaucoup pour protéger les gens pendant la dictature" et il appuya "les demandes de pardon de l'Eglise en Argentine pour ne pas avoir fait suffisamment" pendant cette période noire.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pape François

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.