Le Vatican corrige la déclaration du pape sur les enfants aux "tendances homosexuelles"

Le Vatican a précisé lundi que le souverain pontife ne voulait pas évoquer l'homosexualité comme "une maladie psychiatrique".

Le pape François prie au sanctuaire de Knock, en Irlande, le 26 août 2018.
Le pape François prie au sanctuaire de Knock, en Irlande, le 26 août 2018. (AFP)

Le Vatican rétropédale. Son service de presse a retiré, lundi 27 août, la référence à la "psychiatrie" dans la déclaration faite la veille par le pape François au sujet de l'homosexualité. Le souverain pontife avait recommandé dimanche le recours à un médecin lorsque des parents constatent des "tendances homosexuelles" chez leurs enfants, au cours d'une conférence de presse dans l'avion entre l'Irlande et l'Italie. "Quand cela se manifeste dès l'enfance, il y a beaucoup de choses à faire, par la psychiatrie, pour voir comment sont les choses. C'est autre chose quand cela se manifeste après vingt ans", a-t-il estimé.

Le mot "psychiatrie" a été retiré du verbatim publié lundi par le service de presse du Vatican, "pour ne pas altérer la pensée du pape", a expliqué à l'AFP une porte-parole du Vatican. "Quand le pape se réfère à la 'psychiatrie', il est clair qu'il le fait comme un exemple qui rentre dans les différentes choses qui peuvent être faites, a-t-elle indiqué. Mais avec ce mot, il n'avait pas l'intention de dire qu'il s'agissait d'une maladie psychiatrique, mais que peut-être il fallait voir comment sont les choses au niveau psychologique."

La déclaration du pape François a provoqué une vive polémique, dimanche. Plusieurs associations LGBT ont indiqué être "choquées" par ces propos. "Renvoyer encore l'homosexualité vers la maladie, c'est continuer de stigmatiser les personnes LGBT", a dénoncé l'inter-LGBT, lundi 27 août. L'association LGBT+ chrétienne David & Jonathan s'est, elle, dit "déçue""On ne peut pas laisser passer une chose pareille", a affirmé son coprésident Anthony Favier à franceinfo.