Le pape François estime qu'il y a une "mode" de l'homosexualité, et s'inquiète du nombre de prêtres et religieux gays

Dans un livre d'entretiens paru samedi, le souverain pontife recommande à l'Eglise de ne pas accepter de personnes homosexuelles "dans la vie religieuse".

Le pape François au blacon de son palais du Vatican, lors de sa prière de l\'Angélus, le 2 décembre 2018.
Le pape François au blacon de son palais du Vatican, lors de sa prière de l'Angélus, le 2 décembre 2018. (TIZIANA FABI / AFP)

Le pape François s'est dit "inquiet" du nombre de prêtres et de religieux gays, estimant que l'Eglise catholique risquait d'être gagnée par ce qu'il appelle la "mode" de l'homosexualité, dans un livre d'entretiens paru samedi 1er décembre en Italie.

"Dans nos sociétés, il semble même que l'homosexualité soit à la mode et cette mentalité, d'une certaine manière, influe aussi sur la vie de l'Eglise.C'est quelque chose qui m'inquiète", explique-t-il dans La Force d'une vocation, ouvrage qui doit être traduit et publié en dix langues.

Un document officiel de 2005 interdit l'accès à la prêtrise à tout homme homosexuel, même si de nombreux évêques choisissent de fermer les yeux, en particulier en raison de la chute des vocations dans une grande partie du monde occidental.

Pas de "double vie"

Mais dans ce nouvel ouvrage, le pape François appelle l'Eglise à la vigilance, y compris au sujet de candidats qui pourraient découvrir "plus tard" leur homosexualité. "L'homosexualité est une question très grave qui doit faire l'objet d'un discernement adéquat des candidats", estime-t-il.

"Dans la vie consacrée et la prêtrise, il n'y a pas de place pour ce type d'affection. C'est pourquoi l'Eglise recommande que les personnes ayant ce type de tendance profondément ancrée ne soient pas acceptées dans le ministère ou la vie religieuse", explique le pape argentin.

Quand aux homosexuels qui sont déjà prêtres, religieux ou religieuses, ils "doivent être incités à vivre intégralement le célibat, et surtout à être parfaitement responsables, en cherchant à ne jamais créer de scandale dans leur communauté ou parmi les fidèles en vivant une double vie", ajoute le pape. "Il vaut mieux qu'ils abandonnent le ministère ou la vie consacrée plutôt que de vivre une double vie", insiste-t-il.