Le pape a rencontré un couple homosexuel durant sa visite aux Etats-Unis

L'information a filtré après plusieurs jours de polémique sur la rencontre entre le souverain pontife et la greffière Kim Davis, nouvelle égérie des militants opposés au mariage pour tous outre-Atlantique.

Le pape François rencontre des évêques et des cardinaux à Wynnewwod (Etats-Unis), le 27 septembre 2015.
Le pape François rencontre des évêques et des cardinaux à Wynnewwod (Etats-Unis), le 27 septembre 2015. (DREW ANGERER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

La visite était un quasi sans-faute sur le plan de la communication. Sauf qu'une fois terminé, le voyage historique du pape aux Etats-Unis a été entaché par une controverse : le souverain pontife a rencontré Kim Davis, greffière devenue l'égérie très controversée des militants opposés au mariage pour tous outre-Atlantique.

Une entrevue "personnelle" avec un ancien étudiant

Après plusieurs jours de polémique, l'existence d'une autre rencontre, organisée avec un couple homosexuel, a filtré, vendredi 2 octobre. Le pape François a également reçu un ami argentin de longue date, Yayo Grassi, et son compagnon, Iwan, qui vivent en couple depuis 19 ans. Une vidéo de l'entrevue "personnelle", organisée à l'ambassade du Vatican à Washington, a été notamment diffusée par le New York Times (en anglais).

"Yayo Grassi, ancien étudiant argentin du pape François, (...) a demandé à lui présenter sa mère et plusieurs amis pendant la visite du pape à Washington, précise le porte-parole du Vatican. Le pape, en tant que pasteur, a gardé plusieurs liens personnels avec des gens dans un esprit de bonté, d'accueil et de dialogue."

Pas "de soutien" à l'égérie des anti-mariage pour tous

Dans un premier temps, le Vatican avait en revanche refusé de communiquer sur la rencontre entre le pape et Kim Davis, greffière devenue célèbre outre-Atlantique après avoir refusé de signer des actes de mariage pour des couples de même sexe dans son comté du Kentucky.

Le Vatican a finalement fait savoir que la rencontre avec Kim Davis, qui n'est pas catholique mais membre des Apostolic Christians, ne devait "pas être considérée comme une forme de soutien à sa position". Selon le porte-parole adjoint du Vatican, l'ambassade à Washington avait probablement sous-estimé les conséquences de sa présence.