Cet article date de plus de quatre ans.

Divorcés remariés, unions libres... La main tendue du pape François sur la famille

Dans les conclusions de deux synodes sur la famille, le souverain pontife a présenté, vendredi, de nouvelles directives.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le pape François arrive sur la place Saint-Pierre, le 6 avril 2016, au Vatican. (TIZIANA FABI / AFP)

Une nouvelle fois, il tente de faire avancer l'Eglise catholique. Le pape François a tendu la main aux divorcés remariés et reconnu une valeur à certaines unions libres, dans un texte sur la famille publié vendredi 8 avril. Des associations réformatrices s'en félicitent.

Dans cette "exhortation apostolique" qui tire les conclusions des synodes de 2014 et 2015, le pontife argentin répond en partie aux attentes des divorcés remariés, en appelant à leur intégration dans l'Eglise et en rejetant les condamnations définitives. En revanche, l'accès à la communion, moment fort de la liturgie catholique, qui figure au cœur de la revendication des catholiques divorcés puis remariés civilement, n'est pas mentionné directement.

Les couples hétérosexuels en union libre ou mariés seulement civilement peuvent aussi être des "signes d'amour" à prendre en compte quand ils atteignent une "stabilité consistante à travers un lien public", ou lorsque leur union est "caractérisée par une affection profonde", écrit le pape.

Pas d'avancée pour les homosexuels

Les directives du pape maintiennent le statu quo sur les homosexuels, dont l'Eglise catholique refuse toujours de reconnaître les unions. Seuls deux paragraphes sont consacrés à l'homosexualité, en évoquant essentiellement la nécessité d'entourer les familles dont "l'un des membres manifeste une tendance homosexuelle".

"Chaque personne, indépendamment de sa tendance sexuelle, doit être respectée dans sa dignité et accueillie avec respect", assure le pape, tout en réaffirmant : "Il n'y a aucun fondement pour assimiler ou établir des analogies, même lointaines, entre les unions homosexuelles et le dessein de Dieu sur le mariage et la famille".

Une "discrète subversion"

Le président de la Conférence des évêques de France, Georges Pontier, a salué dans les directives du pape "un texte qui colle vraiment à la réalité de la vie des gens""Ceux qui attendaient un changement de la loi [canonique] vont être déçus, ceux qui attendaient une réaffirmation stricte des principes chrétiens vont être déçus", a-t-il estimé.

Les réformateurs de la Conférence des baptisé(e)s francophones ont salué le caractère "discrètement subversif" du texte, qui "refuse le terrain des doctrinaires", même si "on a peu bougé" sur les homosexuels. "C'est vraiment une ouverture jamais faite auparavant", s'est réjouie l'association Chrétiens divorcés.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.