Cet article date de plus de trois ans.

Deux anciens responsables de l'hôpital pédiatrique du Vatican jugés pour détournement de fonds

Deux anciens responsables de l'hôpital pédiatrique du Saint-Siège sont jugés à partir de mardi pour détournement de fonds. Les sommes détournées ont servi à rénover l'appartement d'un puissant cardinal italien.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le cardinal Tarcisio Bertone a été secrétaire d'État du Vatican sous Benoît XVI.  (ANDREAS SOLARO / AFP)

Deux anciens responsables de l'hôpital pédiatrique du Vatican sont jugés à partir du mardi 18 juillet par le tribunal du Vatican. L'audience démarre à 10 heures du matin. Ces deux agents publics, l'ex-président et l'ex-trésorier de la Fondation de l'hôpital enfant Jésus, sont soupçonnés d'avoir détourné de l'argent de cette institution pour rénover l'appartement du cardinal Tarcisio Bertone, puissant homme d'Église italien. Ils auraient ansi détourné plus de 400 000 euros. 

Dans le détail, ces deux agents publics auraient récupéré 422 000 euros dans les caisses de la fondation pour rénover le duplex avec terrasse du cardinal. Ce logement se situe seulement à quelques mètres du modeste 70 m² qu'occupe le pape François à l'heure actuelle. Le Souverain pontife fustige d'ailleurs volontiers l'attrait pour le luxe d'une partie de la Curie.  

Le cardinal n'est pas directement mis en cause

 Le cardinal Bertone a été secrétaire d'État du Vatican, soit l'équivalent du Premier ministre, sous Benoît XVI. Le prélat italien de 82 ans n’est pas poursuivi à ce stade : il dément tout financement par l’hôpital pédiatrique romain et assure avoir payé lui-même les travaux dans sa résidence. Une fois l’affaire révélée à l’automne 2015 par un journaliste d’investigation, il avait décidé de verser 150 000 euros à l’hôpital du Saint-Siège, en guise de dédommagement pour le scandale. Au terme de ce procès, les deux agents publics accusés de détournement de fonds risquent trois à cinq ans de prison.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.