Démission du cardinal Barbarin refusée par le pape : "Je suis désabusé. On est en pleine contradiction", dénonce un responsable de l'association Parole libérée

Le co-fondateur de l'association a réagi au refus du pape d'accepter la démission du cardinal Barbarin. 

Bertrand Virieux en 2016. 
Bertrand Virieux en 2016.  (JEAN NICHOLAS GUILLO / MAXPPP)

"Je ne comprends pas cette décision, je suis désabusé, a réagi mardi 19 mars sur franceinfo Bertrand Virieux, co-fondateur de l'association Parole libérée, après le refus par le pape François de la démission du cardinal BarbarinOn est en pleine contradiction entre les paroles fortes de tolérance zéro et les actes", a-t-il dénoncé. 

Pour Bertrand Virieux, l’argument de présomption d’innocence du pape François "ne peut pas tenir" après la condamnation à six mois de prison avec sursis prononcée à l’encontre du plus haut dignitaire de l’Eglise en France, pour n'avoir pas dénoncé les abus sexuels du père Preynat sur des mineurs.

On est à 180 degrés entre les paroles fortes prononcées il y a quelques semaines qui ont pu donner de l’espoir aux victimes et à ceux en général qui veulent que les choses changent dans l’Eglise, et la réalité quotidienne de ce qu’il se passe dans cette EgliseBertrand Virieuxà franceinfo

Bertrand Virieux regrette la position du souverain pontife alors que François avait affirmé le mois dernier lors du grand sommet sur la pédophilie dans l'Église qu'"aucun abus ne doit jamais être couvert". 

Désormais, Bertrand Virieux "n’attend plus rien." Pour lui, la mise en retrait du cardinal Barbarin "est un effet oratoire de plus" et la confiance dans l’Eglise ne sera restaurée que "si les paroles étaient suivies d’actes". Le co-fondateur de Parole libérée a estimé que "le Pape ne va pas sortir gagnant de cette façon de faire."