Birmanie: visite historique et délicate pour le pape François

Le pape François entame un voyage en Birmanie et au Bangladesh, et cela s’annonce délicat. Sa parole sera particulièrement surveillée, notamment au sujet de la persécution des Rohingyas.

Ils sont des milliers à fuir l’armée birmane et à rejoindre le Bangladesh. Les musulmans birmans, les Rohingyas sont persécutés, leurs villages brûlés. Un gigantesque camp de réfugiés s’est formé au Bangladesh, le plus grand de la planète avec ses 900 000 personnes. Un sujet difficilement évitable pour le pape François.

Visite historique

Pour sa première visite en Birmanie, le pape ira notamment à la rencontre des minorités catholiques. Eux aussi ont appelé à dénoncer la guerre actuellement menée en Birmanie. Olivier Guillard, chercheur à l’IRIS, prévient cependant qu’une prise de position trop dure envers l’armée birmane pourrait être néfaste aux Rohingyas : "Une fois que le pape aura quitté le territoire, le retour pourrait être assez désagréable".

Le JT
Les autres sujets du JT
Le pape François accueilli par le cardinal Charles Maung Bo, archevêque de Rangoun, sur le tarmac de l’aéroport de Rangoun, en Birmanie, le 27 novembre.
Le pape François accueilli par le cardinal Charles Maung Bo, archevêque de Rangoun, sur le tarmac de l’aéroport de Rangoun, en Birmanie, le 27 novembre. (AFP / OSSERVATORE ROMANO)