VIDEO. Vidéo de l'accusatrice de Central Park : "Même si la police n'est pas là, elle est dans notre tête", confie un militant américain

Baratunde Thurston, humoriste, militant et écrivain revient sur la vidéo de l'accusatrice de Central Park et explique ce qu'elle révèle.

BRUT

Le 25 mai, Christian Cooper, un ornithologue amateur, demande à Amy Cooper de mettre son chien en laisse dans une zone de Central Park où c'est obligatoire. Ce qui s'est passé ensuite a été visionné des millions de fois : Amy Cooper le menace d'appeler la police. "Je suis menacée par un homme dans le Ramble, s'il vous plaît envoyez les flics immédiatement", peut-on entendre sur la vidéo. Le jour-même où la vidéo a été prise, George Floyd meurt après qu'un policier de Minneapolis l'a immobilisé au sol avec un genou sur le cou. L'incident de Central Park fait suite à d'autres cas de personnes blanches qui ont appelé le 911 pour signaler des noirs s'adonnant à des activités quotidiennes.

"Je pense que si la raison pour laquelle les blancs se sentent si à l'aise pour demander l'application de la loi sur les noirs qui n'ont pas enfreint la loi, c'est parce que c'est ce qu'on a toujours appris aux blancs", estime Baratunde Thurston, humoriste, militant et écrivain. Aujourd'hui, l'humoriste confie être davantage dans le doute, être beaucoup plus prudent. Il raconte devoir exacerber des bonnes attentions pour montrer qu'il n'est pas une menace pour autrui. "Être une personne noire aux États-Unis, c'est savoir que le simple fait de vivre ma vie pourrait amener quelqu'un à téléphoner à la police à propos de ma vie. Et qu'ensuite ces policiers me fassent du mal", déplore-t-il.

Amy Cooper a depuis été licenciée de son travail.

VIDEO. Vidéo de l\'accusatrice de Central Park : \"Même si la police n\'est pas là, elle est dans notre tête\", confie un militant américain
VIDEO. Vidéo de l'accusatrice de Central Park : "Même si la police n'est pas là, elle est dans notre tête", confie un militant américain (BRUT)