VIDEO. Que cherchent les "Shadow Brokers", ces hackers qui auraient piraté des serveurs de la NSA ?

"Les courtiers de l'ombre" ont mis en ligne, en août, des cyberarmes utilisées par l'Agence nationale de sécurité américaine. Ils ont indiqué qu'ils mettraient en ligne plus d'éléments en échange d'une levée de fonds de 1 million de bitcoins, soit 510 millions d'euros.

FRANCEINFO

Depuis le 13 août, un mystérieux groupe de hackers, qui se présente comme les "Shadow Brokers" ("courtiers de l'ombre"), fait parler de lui. Il a mis en ligne des codes informatiques présentés comme des programmes destinés à franchir les pare-feu mis en place par des puissances rivales comme la Chine, la Russie ou l'Iran. Les hackers ont publié deux fichiers en ligne, l'un librement accessible, le second chiffré.

Selon le New York Times (en anglais), ces programmes, que l'on peut présenter comme des cyberames, n'ont pu être collectés qu'en pénétrant les serveurs de l'Agence de sécurité américaine, la NSA. Un ancien employé de l'agence, qui travaillait pour l'unité chargée du piratage connue sous le nom de Tailored Access Operations ("opérations d'accès sur mesure"), a estimé que les données publiées étaient authentiques.

Une manœuvre des Russes ?

Les "Shadow Brokers" ont indiqué qu'ils mettraient en ligne plus d'éléments en échange d'une levée de fonds de 1 million de bitcoins (soit 510 millions d'euros).

Selon le lanceur d'alerte Edward Snowden, ce vol – qui date de 2013 et qui ne ressort que maintenant – pourrait influencer la campagne présidentielle américaine. Fin juillet, Hillary Clinton a annoncé avoir été victime d'un piratage informatique, qui a touché un programme également utilisé par le Parti démocrate.

D'après un des enquêteurs, ce piratage serait lié à une branche du renseignement russe. Les "Shadow Brokers" sont-ils liés aux Russes, aux Chinois ou à un autre pays ? Nul ne le sait.

Sécurité et cyber risque sur Internet. (Photo d\'illustration)
Sécurité et cyber risque sur Internet. (Photo d'illustration) (OLIVER BERG / DPA / AFP)