Vidéo La pollution des satellites Starlink inquiète les astronomes

Publié
Durée de la vidéo : 4 min.
Ces points blancs ne sont pas des ovnis, ce sont des satellites. Et avec le projet Starlink, Elon Musk et SpaceX comptent en placer 40 000 en orbite à 400 km au-dessus de nos têtes. Une pollution lumineuse qui inquiète les astronomes. Pendant ce temps-là, dans l'espace...
BRUT
Article rédigé par

Ces points blancs ne sont pas des ovnis, ce sont des satellites. Et avec le projet Starlink, Elon Musk et SpaceX comptent en placer 40 000 en orbite à 400 km au-dessus de nos têtes. Une pollution lumineuse qui inquiète les astronomes. Pendant ce temps-là, dans l'espace...

Des étranges pointillés dans le ciel. Non, ce ne sont pas des ovnis mais un "train de satellites". Ils sont régulièrement mis en orbite par la société SpaceX, du milliardaire Elon Musk. Il s'agit du projet Starlink qui promet l'accès à l'Internet haut débit partout dans le monde. "Starlink, c'est ce qu'on appelle une méga-constellation, une méga-flotte de satellites qui va orbiter autour de la Terre pour apporter des télécommunications partout dans le monde, et quand on dit méga-constellation, c'est environ 40 000 satellites", explique l’astrophysicien Miguel Montargès.

"Starlink a complètement changé la donne"

Depuis 2018, Starlink a déjà mis en orbite plus de 1700 satellites, par grappes de 60. L'objectif, c'est 12 000 satellites d'ici 2025, et plus de 40 000 à terme. Et ça ne réjouit pas vraiment les astronomes. "Starlink a complètement changé la donne. Déjà, ils sont assez bas, avec un panneau solaire très brillant. (...) Ensuite, passer de 5000 satellites à 40 000, ça fait un maillage de satellites autour de la Terre, une coque de satellites qui fait que, peu importe le champ qu'on va observer, on va avoir des traînées de satellites qui vont défigurer nos images et qui vont nous empêcher de faire notre science", développe Miguel Montargès.

Des risques de collision

Il existe aussi des risques de collision. À l'heure actuelle, les satellites Starlink seraient impliqués dans la moitié des menaces de collision dans l'espace. "Il y a un peu plus d'un an, des satellites Starlink qui étaient devenus incontrôlables risquaient d'entrer en collision avec le satellite Aéolus de l'Agence spatiale européenne qui avait été lancé pour étudier les vents à la surface du globe", raconte Miguel Montargès.

Dans le monde, plus de 100 000 personnes ont déjà fait l'acquisition d'un terminal Starlink pour la somme de 499 dollars. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.