13h15, France 2

VIDEO. "C'est son cancer, il est sorti" : la combine du gourou-guérisseur Jim Jones pour réaliser ses "miracles"

Une survivante du suicide collectif des membres de la secte de Jim Jones au Guyana en novembre 1978 témoigne sur les pratiques du gourou qui prétendait guérir... Extrait du magazine "13h15 le dimanche" du 14 octobre 2018.

Leslie Wagner-Wilson est une des rares survivantes du suicide collectif de novembre 1978 au cours duquel 900 personnes ont trouvé la mort. Cette femme est encore adolescente quand elle rejoint en Californie le Temple du peuple, la secte fondée par Jim Jones. Elle est impressionnée par le charisme du pasteur qui chante L'Internationale lors de ses prêches, mêlant évangélisme et politique. "C'est merveilleux de savoir que Dieu est socialiste. Dieu travaille au socialisme", affirme-t-il en chaire devant une assistance sous le charme.

James Warren Jones est né dans une famille pauvre de l'Indiana. Sa mère est ouvrière et syndicaliste. Son père est un vétéran de la Première Guerre mondiale. Jim n'a que 23 ans quand il crée sa première église. Ce prêcheur de talent attire les foules et met en scène des miracles en guérissant ses fidèles. "Il les appelait au pupitre, posait ses mains sur eux et leur disait : 'Vous êtes guéri'", explique Leslie au magazine "13h15 le dimanche" (Facebook, Twitter, #13h15).

"C'était des boyaux de poulets"

La survivante, qui a perdu neuf membres de sa famille lors de ce drame survenu au Guyana, explique la procédure mise en place par le gourou : "Il suivait une infirmière aux toilettes. Et quand ils ressortaient, la personne pleurait. L'infirmière tenait dans sa main un tissu avec une masse sombre. Il disait alors : 'C'est son cancer, il est sorti.' L'assemblée était en transe. J'ai totalement cru que c'était vrai ces guérisons, qu'il avait le pouvoir de guérir."

"C'est aussi comme cela qu'il attirait plus de gens, notamment dans la communauté noire, poursuit Leslie Wagner-Wilson. J'ai compris plus tard que c'était des boyaux de poulets qu'il nous montrait." Avec les mots du Christ ("Lève-toi et marche !"), Jim Jones prétend même faire marcher des paralytiques. "Je t'aime, Jésus t'aime, le peuple t'aime…" C'est avec ses encouragements qu'une fidèle commence à mettre difficilement un pied devant l'autre avant de marcher parfaitement sous les applaudissements de l'assemblée. Derrière son micro, Jim Jones est aux anges…

Extrait de "L'Amérique d magazine "13h15 le dimanche" du 14 octobre 2018.

13H15 / FRANCE 2
13H15 / FRANCE 2 (CAPTURE ECRAN / 13H15 / FRANCE 2)