Etats-Unis : un policier new-yorkais inculpé d'espionnage au profit de la Chine

L'homme est soupçonné d'avoir espionné la communauté tibétaine en exil pour le compte de la Chine. Il a été placé en détention.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une voiture de police, le 31 mars 2020 à New York (Etats-Unis). (EDUARDO MUNOZ / REUTERS)

Un policier new-yorkais d'origine tibétaine a été inculpé lundi pour espionnage, les autorités américaines l'accusant d'avoir notamment recueilli pour le gouvernement chinois des informations sur la communauté tibétaine de New York (Etats-Unis). Officier de police dépendant d'un commissariat du Queens, l'homme était piloté par des membres du consulat de Chine à New York, selon l'acte d'accusation.

A travers ses contacts, cet homme de 33 ans aurait récolté, entre 2018 et 2020, des informations sur les activités de la communauté tibétaine et identifié des sources potentielles de renseignements. Toujours selon l'acte d'accusation, il aurait également permis à des membres du consulat d'être invités à des événements organisés par la police de New York. Les autorités chinoises lui auraient versé plusieurs dizaines de milliers de dollars en échange de ses services.

Détention et suspension de solde

Quatre chefs d'accusation ont été retenus contre l'officier de police, notamment l'engagement au service d'un pays étranger sur le territoire américain, fausses déclarations et entrave au fonctionnement d'un service public. Il a été présenté à un juge lundi et placé en détention. Il est actuellement suspendu sans solde, selon un porte-parole de la police de New York.

Né en Chine, le suspect a obtenu l'asile politique aux Etats-Unis, affirmant avoir été torturé par les autorités chinoises du fait de ses origines tibétaines. L'enquête a néanmoins montré que ses deux parents étaient membres du Parti communiste chinois.

"Si elle était confirmée", cette affaire montrerait que Pékin est "engagé dans des opérations calomnieuses pour contrer toute opposition, pas seulement au Tibet (...) mais partout dans le monde", a réagi l'association International Campaign for Tibet.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.