Cet article date de plus de quatre ans.

Tempête Harvey : "Personne n'aurait imaginé un scénario aussi terrible", témoignent des habitants de Houston totalement isolés

La ville de Houston au Texas est touchée de plein fouet par la tempête Harvey. Depuis samedi, des rues de cette grande ville américaine sont devenues des rivières, des hôtels sont transformés en abri, des voitures flottent un peu partout et des milliers de personnes tentent de fuir.

Article rédigé par
Edité par Alexandra du Boucheron - Philippe Randé
Radio France
Publié
Temps de lecture : 4 min.
Une voiture en perdition dans le nord de Houston, aux Etats-Unis, où les pluies se poursuivent lundi 28 août 2017. (PHILIPPE RANDÉ / RADIO FRANCE)

Houston, au Texas, est sous les eaux. Depuis samedi 26 août, la quatrième ville des États-Unis est frappée par la tempête tropicale Harvey. Les images sont impressionnantes. Des rues sont sous l'eau, des hôtels sont transformés en abri, des voitures flottent un peu partout et des milliers de personnes tentent de fuir. Les autorités ont annoncé la mort de trois personnes mais le bilan humain pourrait s'alourdir car, lundi, des quartiers entiers étaient toujours isolés.

L'envoyé spécial de franceinfo, Philippe Randé, s'est rendu dans l'une des zones les plus touchées par les intempéries, au nord de la ville.

Dans le nord de Houston, au Texas, des quartiers sont totalement inondés et isolés : le reportage de Philippe Randé
écouter

John monte son grand 4x4. Cet habitant de Houston a vu une voiture en perdition, feux de détresse allumés, à 150 mètre de là. L'eau commence à la recouvrir et John veut voir "si quelqu'un est à l'intérieur". Son pick-up roule à contre-courant mais l'eau grimpe pour atteindre "entre 60 à 90 cm". Finalement, à 50 mètres du but, John renonce à son plan : "Ça devient vraiment trop profond, dit-il. Tant pis pour la voiture bloquée là-bas. On fait vite demi-tour, il faut qu'on rentre sinon je perds mon pick-up et on est en danger. En plus de l'autre côté c'est encore pire." La voiture abandonnée n'est quasiment plus visible, ses feux ont disparu sous l'eau. Heureusement, son conducteur a réussi à s'échapper à temps.

Partout, dans Houston, on entend ce même bruit lancinant et inquiétant des pluies diluviennes qui viennent fouetter les routes déjà transformées en rivières. La plupart des rivières, elles, ont débordé. Ces inondations sont sans précédentDans certains quartiers, il est tombé plus de 60 centimètres d’eau depuis samedi. Les pluies continuent car la tempête Harvey stagne au-dessus de la ville texane.

De nombreux quartiers sont inaccessibles, notamment ceux entourés de cours d’eau et de rivières. Des milliers de personnes sont prises aux pièges. Il est difficile d’avoir des chiffres précis car Houston est une gigantesque mégalopole de plus de deux millions d'habitants avec des milliers de routes et d’autoroutes. Par endroits, on assiste à des scènes étonnantes de familles qui tentent de fuir dans des bateaux pneumatiques, avec des bouées ou en marchant avec de l'eau jusqu'à la taille. Il y a aussi ceux qui obéissent aux consignes des autorités en restant chez eux ou en grimpant sur les toits si l'eau monte.

Des sinistrés coincés dans un hôtel

Comme des dizaines d'autres habitants du nord de la ville, Michael s'est réfugié dans un hall d'hôtel. "Ma maison est plus au nord et elle est totalement inondée désormais, raconte-t-il. J'ai évidemment très peur, mais que faire ? Personne n'aurait imaginé un scenario aussi terrible, c'est plus gros que la tempête Allison en 2001. Pour l'instant, on est à peu près en sécurité ici."

On espère juste qu'on va rester en vie. De toute façon, on ne peut pas bouger. On verra bien. Si ça empire, on montera au deuxième étage, puis sur le toit.

Michael, habitant de Houston

à franceinfo

Comme tout le monde, Michael fait la queue dans le hall de l’hôtel pour essayer de manger car tous les magasins sont fermés.

"Ça va empirer"

Cet ouragan, rétrogradé en tempête tropicale depuis samedi, était prévu. Du coup, des centaines de pompiers, de garde-côtes, 3 000 membres de la garde nationale mais aussi vingt hélicoptères, des camions et des bateaux sont mobilisés depuis samedi. Depuis dimanche, le numéro d'urgence a reçu plus de 50 000 appels. Certains particuliers ont même mis leurs bateaux au service d'autres particuliers. Mais certains quartiers, notamment dans le nord de la ville, sont encore isolés et ici, personne n'a encore vu d'hélicoptère ou de bateau de secours.

Certes, Harvey a perdu en puissance depuis son arrivée sur la côte vendredi soir, mais il n’a pas perdu de son endurance. La tempête stagne désormais au dessus de Houston et ce au moins jusqu'à jeudi selon les prévisions météorologiques. "C'est grave et ça va empirer", a déclaré le gouverneur du Texas Greg Abbott, dimanche, soulignant que les dégâts atteindront "des milliards de dollars". Les prévisionnistes attendent entre 40 et 60 cm de précipitations supplémentaires dans les trois prochains jours. Dans certains quartiers, la hauteur d’eau pourrait atteindre 1 m 20. 

Trump mobilisé

Cet ouragan est le pire depuis Katerina qui avait entraîné une catastrophe humanitaire et fait plus de 1 800 morts en 2005, soit il y a presque douze ans jour pour jour. À l'époque, le manque de préparation et la gestion du président américain George Bush, qui avait survolé la zone en hélicoptère sans s'arrêter, avaient été vivement critiqués. Donald Trump, lui, est mobilisé depuis le début de l'épisode. Il tient des briefings réguliers depuis la Maison Blanche pour s'informer de la situation. Il se rendra sur place mardi. Lundi, il a décrété l'état d'urgence pour la Louisiane, cet État américain voisin du Texas sur la route de Harvey.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etats Unis d'Amérique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.