SpaceX : un prototype de la fusée Starship explose au Texas quelques minutes après son atterrissage

Le prototype de la future fusée géante, qui doit un jour se poser sur Mars, avait cette fois réussi son atterrissage, mercredi, avant d'exploser au sol quelques minutes plus tard. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le décollage de la fusée Starship de SpaceX, à Brownsville, au Texas (Etats-Unis), le 3 mars 2021.  (JOSE ROMERO / SPACEX / AFP)

Jamais deux sans trois ? Un prototype de la future fusée géante Starship de la société SpaceX, dont deux précédents exemplaires s'étaient écrasés dans d'énormes boules de feu à l'atterrissage, a cette fois réussi à se poser en un morceau mercredi 3 mars au Texas... avant d'exploser au sol quelques minutes plus tard.

"Starship SN10 a atterri en un seul morceau !", a réagi dans un tweet, une heure après l'explosion, le fondateur de SpaceX, Elon Musk. "L'équipe SpaceX fait du super boulot ! Un jour, la véritable mesure du succès sera le fait que les vols Starship seront devenus banals", a ajouté le fantasque milliardaire dans un second tweet.

"Un magnifique atterrissage en douceur", avait d'abord annoncé le commentateur de SpaceX, John Insprucker, dans la vidéo retransmettant le vol d'essai en direct. Des flammes étaient toutefois visibles au pied de la fusée, en train d'être éteintes par les équipes sur place. Et quelques minutes plus tard, une énorme explosion a projeté en l'air l'engin, qui s'est fracassé en retombant au sol.

Deux autres prototypes déjà écrasés 

Aucune explication n'a été fournie dans l'immédiat. Ce véhicule est appelé à devenir la fusée de choix de SpaceX, fondée par Elon Musk, pour aller un jour sur Mars. Le prototype, nommé SN10, pour "Serial Number 10", a décollé un peu avant 23h20 GMT depuis Boca Chica, au Texas, pour un troisième test suborbital. L'engin est monté dans le ciel, propulsé par trois moteurs qui se sont éteints les uns après les autres, et le véhicule s'est renversé pour se placer en position horizontale.

Il a atteint les 10 kilomètres d'altitude, le but fixé pour ce vol, avant d'entamer sa descente. La fusée s'est ensuite replacée en position verticale, réussissant à se poser, à première vue sans encombre, à l'endroit souhaité. Deux autres prototypes (SN8 et SN9) s'étaient écrasés au moment de l'atterrissage, en décembre, puis début février.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.