Sébastien Raoult, un étudiant français détenu au Maroc, encourt 116 ans de prison aux Etats-Unis pour des soupçons de cyberpiraterie

Soupçonné de piratage de données informatiques, cet étudiant français de 21 ans est incarcéré depuis deux mois dans une prison près de Rabat. Les Etats-Unis demandent son extradition.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Paul Raoult montre la photo de son fils, Sébastien Raoult, étudiant français détenu au Maroc et soupçonné de cybercriminalité par les Etats-Unis, le 1er août 2022 à Epinal (Vosges).  (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

Il est réclamé par la justice américaine et encourt jusqu'à 116 ans de prison. Sébastien Raoult, un étudiant français de 21 ans, est incarcéré depuis deux mois au Maroc sur demande des autorités américaines car il est soupçonné par les Etats-Unis de piratage informatique auprès de plusieurs entreprises. D'après L'Obs, qui a révélé l'affaire le 28 juillet (article payant), le FBI (bureau fédéral d'enquête américain) soupçonne le jeune homme d'être membre d'un groupe de hackers accusés d'être "des cybercriminels prolifiques" par les autorités américaines.

Le 31 mai, en plein séjour au Maroc, Sébastien Raoult est arrêté à l'aéroport international marocain de Rabat-Salé. Selon la police marocaine, le jeune Français faisait l'objet d'une notice rouge (demande adressée aux autorités du monde entier et impliquant l'arrestation immédiate d'un individu en attendant son extradition) émise par Interpol à la demande de la justice américaine, dans une affaire de cyberpiraterie contre des entreprises, américaines notamment. 

Soupçonné d'appartenir à un groupe de hackers 

Les autorités américaines réclament son extradition pour des faits de "complot en vue de commettre une fraude et abus électronique", "fraude électronique" et "vol d'identité grave", selon L'Obs. Plus concrètement, le FBI soupçonne Sébastien Raoult de faire partie du groupe des "ShinyHunters", dont le nom a été choisi en référence à l'univers Pokémon.

Sur cette photo non datée, Sébastien Raoult, jeune Français de 21 ans arrêté le 31 mai 2022 au Maroc, se prend en selfie. (COURTESY OF THE FAMILY / AFP)

Ce groupe de hackers apparu au printemps 2020, comme le rappelle l'hebdomadaire, avait fait parler de lui en vendant près de 200 millions de données volées sur le darknet (partie du réseau internet accessible par des logiciels qui anonymisent les données des utilisateurs) pour près de 200 000 dollars (environ 196 000 euros).

Pour cela, les hackers s'étaient introduits dans les systèmes informatiques de plusieurs sociétés et avaient également demandé des rançons à leurs cibles. Plusieurs grands groupes américains comme Microsoft, la marque de vêtements Bonobo ou encore AT&T, le numéro deux des télécoms américains, sont concernés. 

Dans ce dossier, quatre autres Français soupçonnés d'appartenir au même groupe auraient été auditionnés par les autorités françaises, selon les informations recueillies par l'hebdomadaire. En ce sens, une demande d'entraide pénale a été adressée par les Etats-Unis à la France à l'été 2021 à propos des "ShinyHunters", a confié à l'AFP une source proche du dossier. 

Un "déni de justice" pour son père

Aujourd'hui, Sébastien Raoult est toujours incarcéré dans la prison de Tiflet 2, près de Rabat. "Cela fait deux mois qu'il mange par terre, à même le sol. Deux mois qu'il dort sans matelas", a dénoncé son père, mardi 2 août, dans une conférence de presse à Paris. "Mon fils a été trahi par la France", accuse son père, Paul Raoult, qui critique un "déni de justice" et réclame que le gouvernement empêche une extradition de son fils du Maroc vers les Etats-Unis.

Paul Raoult, père de Sébastien Raoult, étudiant français détenu au Maroc, soupçonné de cybercriminalité par les Etats-Unis, avec son avocat Philippe Ohayon lors d'une conférence de presse à Paris, le 2 août 2022.  (BERTRAND GUAY / AFP)

Interviewé par France 3 fin juillet, Paul Raoult est persuadé de l'innocence de son fils. "Je ne le vois pas du tout faire ça", a-t-il déclaré. Selon lui, le jeune Français nie les faits : "Il (...) affirme que ses comptes ont été utilisés à son insu", explique-t-il à L'Obs. L'hebdomadaire rapporte que ce sont des amis de son fils, venus le chercher à l'aéroport de Bruxelles le jour de son arrestation, qui l'ont prévenu de sa disparition, ne le voyant pas descendre de l'avion.

Paul Raoult raconte que son fils était parti au Maroc pour souffler. "Il était dans une phase de rupture avec les études. Il avait envie de vivre, de découvrir le monde et de voyager et avait l'impression de perdre son temps à l'école", a-t-il expliqué à l'AFP.

Avant son départ pour le Maroc, le jeune Français était domicilié à Epinal (Vosges) chez ses parents. Il était en deuxième année d'études d'informatique à Nancy (Meurthe-et-Moselle) avant d'arrêter sa formation en décembre dernier. Passionné par ce domaine depuis l'enfance, il voulait travailler dans le milieu de la sécurité informatique selon son père, interviewé par Le Parisien (article abonnés), le 29 juillet

Jusqu'à 116 ans de prison aux Etats-Unis

Le jeune Français risquerait jusqu'à 116 ans de prison aux Etats-Unis pour les faits qui lui sont imputés, selon son avocat Philippe Ohayon, qui juge que la procédure judiciaire contient des violations "de la souveraineté française sur son territoire" et du "principe de procès équitable".

"Nous sollicitons que des poursuites soient engagées en France concernant les faits reprochés et l'émission d'une demande d'extradition à son encontre, avançait-il auprès de L'Obs. On ne recherche pas l'impunité, nous demandons seulement à être jugés là où nous pouvons nous défendre." Interrogé par France 3 fin juillet, il explique vouloir démontrer que l'identité de son client a été usurpée, mais affirme ne pas pouvoir le faire aux Etats-Unis.

L'avocat a demandé au parquet d'Epinal d'ouvrir une enquête préliminaire sur les faits reprochés à Sébastien Raoult. Mais cette demande a été rejetée par le procureur de la République. Le parquet d'Epinal a précisé mardi soir que de nouveaux éléments reçus de la part de l'avocat allaient "être étudiés"D'après L'Obs, un courrier a été envoyé au président Emmanuel Macron et au ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti pour les informer de la situation de Sébastien Raoult. Son père interpelle : "Pourquoi ce silence au plus haut niveau de l'Etat ?" 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etats Unis d'Amérique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.