Santé : l'innovation des médicaments connectés

Un français sur deux oublierait de prendre le traitement prescrit par son médecin ou adapterait lui-même la prescription. Ces mauvaises habitudes ont un coût pour la Sécurité sociale. Aux États-Unis, la mise en place du médicament connecté est un moyen d'y remédier.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Une puce minuscule insérée dans un médicament, c'est une révolution pour la médecine. Le cachet connecté est désormais sur le marché américain. La non-prise de médicament coûte deux milliards d'euros à la Sécurité sociale en France. Cette nouveauté est présentée comme la solution pour un suivi en temps réel du traitement.

De possibles économies à la clé ?

Le principe du médicament connecté est assez simple. Il faut installer un patch qui contient un capteur sur son ventre, pas très loin de l'estomac. Lorsqu'on avale le cachet qui contient la puce électronique, dès qu'il est ingéré il envoie un signal au patch. Ce signal est ensuite envoyé à l'ordinateur qui vous surveille. Aux États-Unis, les sociétés d'assurance obligeront-elles un jour leurs clients à être surveillés ? Des incitations financières pourraient être proposées aux bons élèves. Le médicament connecté sera pour l'instant réservé à des malades psychiatriques volontaires. Aucune étude n'existe sur les économies qu'il pourrait permettre aux systèmes de santé.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une pharmacie stocke des médicaments à Angoulême (Charente), le 25 janvier 2018.
Une pharmacie stocke des médicaments à Angoulême (Charente), le 25 janvier 2018. (BURGER / PHANIE / AFP)