Vidéo Au premier jour du procès en destitution de Donald Trump, le procureur démocrate livre un témoignage personnel sur l'invasion du Capitole

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
proces trump procureur 2
Article rédigé par
France Télévisions

Des membres de la famille de Jamie Raskin, représentant démocrate du Maryland (Etats-Unis), étaient présents au Capitole le 6 janvier. Le procureur a raconté leur traumatisme mardi, en ouverture du procès de Donald Trump. 

"J'aimerais vous dire quelque chose de personnel en conclusion", a-t-il lancé, face à ses collègues sénateurs. Le procureur démocrate américain Jamie Raskin, élu du Maryland, a exprimé une vive émotion en ouverture du procès en destitution de Donald Trump, mardi 9 février, alors qu'il relatait l'assaut sur le Capitole du 6 janvier.  

La veille de cette violente intrusion, le représentant démocrate enterrait son fils âgé de 25 ans. Ce dernier, souffrant de dépression, s'était suicidé quelques jours plus tôt. Le 6 janvier, l'élu, en deuil, a invité sa fille et son beau-fils à le rejoindre au Capitole, pour que la famille reste réunie. 

C'est alors que des partisans de Donald Trump, galvanisés par le discours du président contestant (de nouveau) les résultats de l'élection présidentielle, se sont introduits au cœur du Congrès américain. "Ma cheffe de cabinet, Julie Tagen, était avec ma fille Tabitha et mon beau-fil Hank, enfermés et barricadés dans un bureau", a décrit avec gravité Jamie Raskin devant les sénateurs mardi.

Les enfants se cachaient sous le bureau. Ils envoyaient ce qu’ils pensaient être leurs derniers messages, passaient en chuchotant  des appels pour faire leurs adieux. Ils pensaient qu’ils allaient mourir.

Jamie Raskin, représentant démocrate

lors de l'ouverture du procès en destitution de Donald Trump

Le procureur démocrate s'est par la suite confié sur le traumatisme de ces événements pour sa famille, au lendemain des funérailles de son fils. En pleurs, il s'est montré très marqué par ces quelques mots de sa fille Tabitha, à la suite de la violente intrusion au Congrès : "Papa, je ne veux pas revenir au Capitole." "De toutes les choses terribles et brutales que j’ai vues, que j’ai entendues ce jour-là et depuis, celle-ci m’a le plus marqué", a lâché Jamie Raskin au Sénat. 

Pour le représentant du Maryland, "ce procès a une dimension personnelle". "Mesdames et messieurs les sénateurs, cela ne peut pas être notre futur, a-t-il plaidé. Cela ne peut pas être le futur de l’Amérique."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.