DIRECT. Etats-Unis : regardez la dernière conférence de presse de Barack Obama

Le président des Etats-Unis cédera sa place à Donald Trump dans deux jours.

Barack Obama, le 18 janvier 2017 à la Maison Blanche à Washington (Etats-Unis).
Barack Obama, le 18 janvier 2017 à la Maison Blanche à Washington (Etats-Unis). (FRANCEINFO)
Ce qu'il faut savoir

Le président américain Barack Obama tient, mercredi 18 janvier, sa toute dernière conférence de presse, à l'issue de ses deux mandats. Le démocrate quittera la Maison Blanche vendredi et cèdera la place au républicain Donald Trump. Franceinfo vous propose de regarder cette dernière séance de questions-réponses avec la presse.

Dernières décisions avant de partir. Juste avant de quitter le pouvoir, le chef de l'Etat américain a décidé de gracier 64 détenus et commué les peines de 209 autres, dont celle de Chelsea Manning, condamnée à 35 ans de prison. Cette ancienne analyste du renseignement américain en poste à Bagdad avait fait fuiter 700 000 documents confidentiels au site WikiLeaks.

Michelle et Barack Obama au Capitole. Le couple présidentiel assistera vendredi à la cérémonie d’investiture de Donald Trump, puis quitteront les lieux en hélicoptère pour rejoindre la base militaire d'Andrews, d'où ils s’envoleront pour Palm Springs, dans le sud de la Californie, pour des vacances en famille.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #ETATS_UNIS

22h59 : Le créateur d'un faux site d'infos qui avait diffusé la fausse rumeur d'urnes bourrées en faveur d'Hillary Clinton s'est confié au New York Times : "les gens étaient prédisposés à croire qu'Hillary Clinton ne pouvait pas gagner, sauf en trichant."

22h41 : On apprend au passage via ABC News que la jeune Jackie Evancho, qui a gagné le jeu "L'Amérique a un incroyable talent", chantera l'hymne national lors de l'investiture de Donald Trump.

22h34 : "Smiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiile". Donald Trump fait vraiment la tronche sur la photo qui figure sur le programme de sa cérémonie d'investiture.

21h43 : Barack Obama a également insisté sur le fait de s'assurer que les règles de base de la démocratie fonctionnent.




(FRANCE 24)


21h30 : Autre moment fort de la conférence de presse de Barack Obama, le moment où il a expliqué qu'il n'hésiterait pas à prendre la parole si les valeurs fondamentales sont bafouées :





(FRANCE 24)

21h15 : "Nous avons encore du travail en ce qui concerne les relations raciales. Mais ce n'est pas vrai qu'elles ont empiré", poursuit Barack Obama.

21h15 : "Nous voyons briller des gens de toutes races, religions, régions. C'est la force des Etats-Unis", se félicite Barack Obama, dans un passage de la conférence de presse en forme de bilan sociétal de ses deux mandats.

20h59 : Barack Obama déclare que le but de la résolution que les Etats-Unis ont laissé passer à l'ONU avait pour but de dire que "l'accroissement des colonies va rendre la solution à deux Etats de plus en plus compliquée."

20h53 : Barack Obama s'est expliqué sur la peine commuée de Chelsea Manning, la militaire transgenre américaine qui avait été condamnée à 35 ans de prison pour avoir transmis des documents confidentiels à WikiLeaks. Voici l'extrait :





(FRANCE 24)

20h50 : Barack Obama promet de sortir de sa réserve si "les valeurs fondamentales de l'Amérique sont en jeu".

20h45 : "La tâche est telle qu'on ne peut pas agir seul, on dépend furieusement d'une équipe", estime Barack Obama, interrogé sur la politique (opposée à la sienne) que Trump pourrait mettre en place.

20h42 : 8 ans à la Maison Blanche, ça use.

20h50 : "Il est dans l'intérêt du monde entier d'avoir une relation constructive avec la Russie. En début de mandat, j'ai fait ce que j'ai pu pour convaincre la Russie d'être un membre constructif de la communauté internationale. (...) Mais après le retour de Vladimir Poutine à la présidence, il y a eu un renforcement du discours antiaméricain. Tout semblait reposer sur le principe que tout ce que faisaient les Etats-Unis allait à l'encontre de la Russie."

20h32 : "Puisque Chelsea Manning a été jugée, que son procès a été équitable, qu'elle a pris la responsabilité de son crime, que la sanction était disproportionnée par rapport à celle que d'autres responsables de fuites ont dû subir, il nous semblait utile de commuer cette peine, pas la gracier. Il semble donc que la justice a été servie et qu'un message fort a été envoyé."

20h29 : "J'espère que vous pourrez être aussi tenaces que vous l'avez été avec nous à l'avenir", poursuit Obama, critique implicite du rapport de Donald Trump aux médias.

20h26 : "J'ai vraiment apprécié travailler avec chacun d'entre vous, ce qui ne veut pas dire que j'ai aimé chacun de vos articles. C'est le jeu", commente Barack Obama, visiblement détendu.

20h25 : Il est arrivé ! Barack Obama s'exprime pour sa dernière conférence de presse, à suivre ici.




20h15 : La salle de presse de la Maison Blanche est surpeuplée pour cette dernière.


20h11 : Si vous êtes fan de Barack Obama, c'est ,le moment de sortir les Kleenex en regardant la dernière conférence de presse du futur-ex président américain, en direct et en VF sur notre site !


20h28 : La cérémonie d'investiture de Donald Trump, pour baroque qu'elle s'annonce, ne fera jamais mieux (ou pire, c'est selon) que celle, en 1829, d'Andrew Jackson, qui a fini par charger à cheval ses supporters, raconte notre blog Déjà Vu.

18h38 : Wikileaks annonce que Julian Assange "est prêt à venir aux Etats-Unis à condition que ses droits soient garantis", maintenant que Chelsea Manning a été graciée.

14h53 : Donald Trump n'en a pas fini avec les affaires sexuelles. Une ancienne participante à son émission "The Apprentice" porte plainte pour "diffamation" contre le futur président. Ce dernier l'avait traité de menteuse après qu'elle a affirmé, en octobre, qu'il l'avait agressée sexuellement en 2007.

11h11 : Barack Obama a commué la peine de Chelsea Manning, condamnée à 35 ans de prison pour avoir transmis des documents confidentiels à WikiLeaks. Quelles conséquences pourrait avoir cette grâce partielle accordée à la lanceuse d'alerte ? Réponse dans cet article.




(GAIL ORENSTEIN / NURPHOTO)

10h23 : Vendredi, les Etats-Unis investiront un président ouvertement climatosceptique et méfiant au regard de la science, à rebours de Barack Obama. Depuis l'élection de Donald Trump, des chercheurs américains craignent de voir disparaître des données scientifiques publiées sur les sites gouvernementaux. Andrew Rosenberg, biologiste marin, a commencé à en archiver certaines. Je l'ai interrogé.




(SHANNON STAPLETON / REUTERS)