Cet article date de plus de quatre ans.

Etats-Unis : victime d'une pneumonie, Hillary Clinton annule ses déplacements de campagne prévus lundi et mardi

La candidate démocrate à la Maison Blanche devait se rendre en Californie pour y lever des fonds.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La candidate démocrate à la Maison Blanche, Hillary Clinton, monte à bord d'un van, le 11 septembre 2016, à New York (Etats-Unis). (BRIAN SNYDER / REUTERS)

Les ennuis s'accumulent pour Hillary Clinton. La candidate démocrate à la Maison Blanche a annulé, dimanche 11 septembre, la visite qu'elle devait effectuer lundi et mardi en Californie dans le cadre de sa campagne. Elle souffre d'une pneumonie, révélée par son médecin personnel. Elle avait fait un malaise lors de la cérémonie de commémoration du 11-Septembre.

L'ancienne secrétaire d'Etat, âgée de 68 ans, devait se rendre en Californie pour y lever des fonds et prononcer un discours sur l'économie. Son malaise dû à la déshydratation l'a contrainte à revoir ses plans et à révéler sa pneumonie, pourtant diagnostiquée vendredi.

"Nous lui conseillons de se reposer"

"Elle a été mise sous antibiotiques et nous lui conseillons de se reposer et de modifier son emploi du temps, a indiqué son médecin, dimanche. Pendant l'événement de ce matin, elle a souffert de la chaleur et était déshydratée. Je viens de l'examiner et elle est maintenant réhydratée et se remet bien."

Après son malaise, la candidate a assuré aux journalistes qu'elle se sentait "très bien" en sortant de la maison de sa fille Chelsea, située dans le quartier de Manhattan, où elle avait été emmenée après avoir quitté la cérémonie.

Premier débat présidentiel dans deux semaines

Au-delà de l'impact de son malaise sur son emploi du temps, ce diagnostic arrive à un moment crucial dans la course à la Maison Blanche. Le premier débat présidentiel est prévu le 26 septembre et l'élection se tiendra le 8 novembre.

Son rival républicain, Donald Trump, s'est abstenu de commentaires, dimanche. Il avait émis à plusieurs reprises des doutes sur la santé de l'ancienne Première dame des Etats-Unis et sur sa capacité à assumer la fonction présidentielle, physiquement éprouvante.

Une commotion cérébrale en 2012

La candidate démocrate a été prise d'une quinte de toux lors d'un meeting de campagne, ce mois-ci, à Cleveland. "Chaque fois que je pense à Trump, je deviens allergique", avait-elle lancé en guise d'explication.

Une lettre publiée en juillet par son médecin décrivait Hillary Clinton comme étant en "excellente santé" et "apte" à occuper la fonction de chef de l'Etat. En décembre 2012, Hillary Clinton avait souffert d'une commotion cérébrale. Elle avait peu après développé un caillot sanguin.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.