Dans les pas de Clinton, J-1 : plus que quelques heures pour rassembler dans le New Hampshire

Le FBI a confirmé classer l'affaire des courriels d'Hillary Clinton, dimanche, mais pas question pour la candidate démocrate de jouer les triomphalistes. Plus que jamais, elle veut rassembler les indécis.  

Hillary Clinton, lors de son meeting le 6 novembre dans le New Hampshire
Hillary Clinton, lors de son meeting le 6 novembre dans le New Hampshire (JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Elle n'a pas dit un seul mot sur les nouvelles conclusions du FBI sur sa messagerie privée. Elle n'a pas parlé du classement de cette affaire, ni des réactions outrées de son adversaire Donald Trump. En meeting dimanche 6 novembre à Manchester, la plus grande ville du New Hampshire, Hillary Clinton a pris de la hauteur et endossé le costume de présidente. 

Dans les pas de Clinton, J-1: la candidate démocrate joue la carte du rassemblement - un reportage de Sandrine Etoa-Andegue et Nicolas Mathias
--'--
--'--

A quelques heures du scrutin, Hillary Clinton n'a plus le temps de polémiquer. La candidate démocrate à la Maison Blanche s'est montrée très calme, posée. Son discours très patriotique est celui d'une présidente qui veut guérir une Amérique divisée.

Je veux être la présidente de tous, ceux qui ont voté pour moi et ceux qui n'ont pas voté pour moi.Hillary Clinton

"On aura beaucoup de travail à faire pour guérir et réconcilier ce pays après cette élection, explique Hillary Clinton devant ses partisans. Il y a un choix à faire entre la division et l'unité." Hillary Clinton tend la main à tous. Aux soutiens de Bernie Sanders, nombreux dans le New Hampshire où le sénateur du Vermont l'avait emporté lors des primaires. Mais aussi  au camp républicain.

Envoyer des messages positifs dans un état clef

Dans la foule venue l'écouter, cette attitude rassure. "Ce qu'elle a dit, le ton employé, c'est ce que j'attendais", s'enthousiasme Vincent. "Il y a eu tellement d'émotion, de haine, d'hystérie, confie Andy. C'était déprimant, je lui sais gré de vouloir aller de l'avant."  

Dans le New Hampshire, la bataille ne s'arrêtera pas là. Lundi, Barack Obama et Donald Trump tiennent meeting à quelques kilomètres de distance seulement.