États-Unis : les républicains doivent dire à Donald Trump qu'il faut "que tout ça s'arrête", lance un spécialiste en civilisation américaine après l'intrusion au Capitole

Pour Jean-Christian Vinel, maître de conférences en histoire et civilisation des États-Unis, le parti du président doit maintenant "s'élever contre ses excès".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Des militants pro-Trump font face à des policiers devant le Capitole à Washington, mercredi 6 janvier 2021. (BRENDAN SMIALOWSKI / AFP)

"Ce à quoi en est en train d'assister est particulièrement grave", a réagi mercredi 6 janvier sur franceinfo Jean-Christian Vinel, maître de conférences en histoire et civilisation des États-Unis à l'Université Paris-Diderot, alors que des manifestants pro-Trump ont envahi le Capitole à Washington. "On voit des stratégies, littéralement insurrectionnelles, se dérouler sous nos yeux". Pour l'historien, le moment est venu pour les républicains de dire à Donald Trump qu'il faut "que tout ça s'arrête. C'est vraiment trop dangereux pour notre démocratie".

>> Irruption de partisans pro-Trump au Capitole : suivez notre direct

franceinfo : Comment doit-on voir ce qui se passe à Washington et l'attitude de Donald Trump ?

Jean-Christian Vinel : Il sème la confusion. Ce à quoi en est en train d'assister est particulièrement grave. On voit une démocratie qui ne parvient pas à effectuer ce qui devrait être tout à fait facile, c'est à dire faire un pas vers l'alternance démocratique. Accepter simplement le transfert de pouvoirs vers celui qui a été élu puisque l'élection de Biden est incontestable. C'est vraiment ça qui me semble très grave aujourd'hui.

Quelles sont les conséquences pour les États-Unis, la démocratie et pour Donald Trump ?

Les conséquences, c'est difficile de les mesurer. Il faut encore insister sur ce qui est en train de se passer. Les recours contre cette élection ont d'abord été de nature juridique et ils ont tous évidemment échoués. Et on voit maintenant des stratégies, littéralement insurrectionnelles, se dérouler sous nos yeux. La première conséquence de ce qui se passe est pour le parti républicain.

"Est-ce que le Parti républicain, maintenant, est prêt à exiger de Donald Trump qu'il reconnaisse sa défaite et laisse la place qui lui est due à Joe Biden ?"

Jean-Christian Vinel

à franceinfo

Depuis quatre ans et plus encore ces dernières semaines, Trump, la manière dont il a nui à la démocratie américaine, on n'a peut-être pas assez dit qu'il a pu le faire aussi parce que le Parti républicain ne s'est pas vraiment élevé contre ces pires excès. Et là, le moment est venu pour les principaux leaders républicains de dire à Donald Trump qu'il faut maintenant que tout ça s'arrête. C'est vraiment trop dangereux pour la démocratie.

Ce n'est pas un peu tard pour se réveiller ?

Oui, c'est un peu tard. Depuis quatre ans, les républicains ont vu dans Donald Trump une opportunité politique, celle de faire adopter des lois qu'ils souhaitaient faire adopter depuis longtemps, de nommer des juges extrêmement conservateurs à la Cour suprême. 

"Les républicains ont fermé les yeux sur ces excès rhétoriques, notamment, sur ces excès populistes, sur les dangers qu'il faisait peser sur la démocratie."

Jean-Christian Vinel

à franceinfo

Aujourd'hui, on a quand même vu Donald Trump faire un long discours à Washington, répéter que l'élection lui avait été volée, répété à ses partisans qu'il ne devait pas se laisser faire, qu'il ne devait pas concéder leur défaite qui n'en était pas une. On a vu Donald Trump encore envoyer des tweets après que Mike Pence, le vice-président, a refusé de s'opposer à la certification des grands électeurs. Et là, effectivement, on arrive au moment où les leaders du Parti républicain doivent vraiment couper certains liens avec Donald Trump. La question qu'on peut se poser, c'est : est-ce que cela marque une rupture dans leur relation avec Trump ? Est ce qu'on peut espérer que ce serait la fin de l'ère Trump à Washington ?

Qu'avez-vous pensé du discours du président élu Joe Biden au moment des incidents au Capitole ?

C'est véritablement un discours de chef d'État qui visait à rappeler les idéaux de la démocratie américaine. Il a même parlé de la majesté de la démocratie américaine en insistant sur le fait que les événements qui se déroulent ne sont pas représentatifs de ce qu'elle est et de ce qu'elle doit être. La symbolique qu'il a mobilisée est assez lourde. Il a fait référence à Lincoln, un discours assez célèbre de 1862, en pleine guerre de Sécession, lorsque Lincoln disait que l'Amérique était le meilleur espoir sur Terre. Et au moment où des drapeaux sudistes sont brandis à l'intérieur même du Capitole par ces manifestants trumpistes, écouter Joe Biden faire référence à un discours de Lincoln, à un moment aussi crucial de l'histoire américaine, aussi difficile que la guerre de Sécession, est quand même quelque chose d'assez frappant. Et on l'a vu aussi demandé à Trump de prendre position. Et on sait que la Garde nationale va être mobilisée.Il semble que les conseillers ont dû faire pas mal de pression sur Trump pour qu'il accepte d'envoyer la Garde nationale.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.