Etats-Unis : la femme abattue pendant l'intrusion au Capitole a succombé à un tir de la police

Une enquête interne a été ouverte sur cet "événement tragique", a indiqué le chef de la police de Washington.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La police intervient pour évacuer des partisans de Donald Trump qui ont fait irruption au Capitole, à Washington (Etats-Unis), le 6 janvier 2021. (MOSTAFA BASSIM / ANADOLU AGENCY / AFP)

La femme morte après avoir participé au coup de force dans l'enceinte du Congrès américain, mercredi 6 janvier à Washington, a été abattue par la police du Capitole. Elle faisait partie d'un groupe de partisans de Donald Trump qui ont semé le chaos dans le bâtiment fédéral, alors que les élus entamaient la certification de la victoire du démocrate Joe Biden à la présidentielle. "Des agents en uniforme de la police du Capitole les ont affrontés et, à un moment, l'un d'eux a fait usage de son arme de service" et l'a touchée, a déclaré Robert Contee, le chef de la police de Washington, lors d'une conférence de presse. Elle a été déclarée morte après son transfert à l'hôpital.

>> Suivez en direct les réactions au lendemain des violences au Capitole

Le chef de la police de Washington n'a pas confirmé l'identité de cette femme, expliquant qu'il attendait que ses proches soient informés de sa mort. Une enquête interne a été ouverte sur cet "événement tragique", a-t-il ajouté. Trois autres personnes (une femme et deux hommes) sont mortes aux alentours du Capitole "d'urgence médicale distincte", a déclaré Robert Contee, sans donner plus de détails ni dire s'il s'agissait de participants aux manifestations. Les causes de leurs morts ne pourront pas être établies avant leur examen par un médecin légiste, a-t-il ajouté.

La police a, selon lui, également procédé à 52 interpellations mercredi, dont 26 dans l'enceinte du Capitole. Pour parer à d'éventuelles nouvelles manifestations, la maire de Washington Muriel Bowser a étendu l'état d'urgence dans la capitale fédérale pour 15 jours, soit jusqu'à la fin du mandat de Donald Trump. Cela lui permettra, si nécessaire, de renouveler le couvre-feu décrété pour la nuit de mercredi à jeudi, ou de réquisitionner des moyens supplémentaires.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.