VIDEO. Quand la Chine fait sa pub dans nos journaux

La Chine a profité de la visite de Xi Jinping pour vanter son économie dans les journaux français. L’œil du 20 heures a enquêté sur les dessous de cette campagne de pub.

En ouvrant les journaux cette semaine, L’œil du 20 heures est tombé sur des articles flatteurs sur la Chine. A les lire, Pékin et Paris fileraient le parfait amour… Mais en y regardant de plus près, ce sont des “publi-communiqués” ! Des centaines de milliers d’euros investis, mais qui se cache derrière ces publicités ?

Une pleine page dans Le Parisien pour vanter les “nouvelles opportunités” offertes par les transports chinois. Une autre page dans Les Echos, deux dans Le Monde, et pas moins de sept pages du Figaro : un quart des pages d’actualité du journal du 25 mars tressaient des lauriers à la Chine, et son économie.

Une campagne à plus d’un million d’euros

Tous ces articles de presse en apparence, sont en fait des publicités. Tous médias confondus, selon les tarifs officiels des journaux et d’après nos calculs, cette campagne pourrait avoir coûté plus d’un million euros.

Qui a payé ? Parmi les signatures de ces articles élogieux, on trouve l’agence de presse Xinhua. Elle a des bureaux à Clichy, mais ni sur place, ni par téléphone, ni par courriel, nos équipes n’ont pu joindre qui que ce soit. A l’association Reporters Sans Frontières en revanche, qui défend la liberté de la presse, on connaît bien Xinhua. "C’est la grande agence de presse chinoise mais qui est aussi un appareil de propagande”, explique Christophe Deloire, secrétaire génétal de RSF, “parce qu’elle est sous la tutelle directe du parti communiste.”

Jean-Pierre Raffarin a découvert son interview en lisant le journal

Qu’y a-t-il dans ces articles payés par la Chine ? Dans les pages parues dans Le Monde : un entretien avec Jean-Pierre Raffarin sur les “fertiles” relations franco-chinoises. Sauf que l’intéressé l’a découvert... en lisant le journal. “Je n’ai pas du tout été contacté”, confie-t-il à France 2. “Ils ont mélangé plusieurs interviews. Moi je ne participe pas à des opérations de nature publicitaire.”

Et il n’est pas le seul : une professionnelle du transport, qui a dit à France 2 vouloir rester anonyme, tombe des nues. Car dans une page publiée dans Le Parisien, elle apparaît nommément, photo et citation à l’appui. “Je ne leur ai pas parlé, je ne risquais pas de leur dire quelque chose ! (...) Je n’ai pas donné d’interview,” s’étonne-t-elle.

Ce n’est pas la première fois que la Chine finance de telles campagnes de publicité. En septembre 2018 aux Etats-Unis, des articles semblables ont suscité la colère de Donald Trump, qui avait accusé le régime chinois de se mêler de la politique intérieure américaine.

Le JT
Les autres sujets du JT
Quand la Chine fait sa pub dans nos journaux
Quand la Chine fait sa pub dans nos journaux (FRANCE 2 / FRANCETV INFO)