Cet article date de plus de six ans.

Vidéo Loterie des cartes vertes, peines plus sévères... Après l'attentat de New York, Donald Trump monte le ton

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min
Le président américain a notamment dit qu'il envisageait de transférer l'assaillant présumé dans la prison de Guantanamo.
Après l'attentat de New York, Donald Trump durcit le ton Le président américain a notamment dit qu'il envisageait de transférer l'assaillant présumé dans la prison de Guantanamo. (FRANCEINFO)
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions

Le président américain a notamment expliqué qu'il envisageait de transférer l'assaillant présumé dans le camp de Guantanamo, dans le sud-est de Cuba.

Au lendemain de l'attaque terroriste à la voiture-bélier qui a coûté la vie à huit personnes à Manhattan, mercredi 1er novembre, Donald Trump a durci le ton depuis la Maison Blanche. Le président américain a notamment appelé à un changement de politique sur l'immigration, avec en particulier la fin du système d'attribution à la loterie des célèbres cartes vertes. Ce système offre chaque année à 50 000 personnes tirées au sort la possibilité de s'installer aux Etats-Unis et d'y travailler. 

>> Attentat de New York : retrouvez les dernières avancées de l'enquête dans notre direct

Donald Trump a martelé sa volonté de s'en "débarrasser" et d'aboutir "avec le Congrès" à "un système basé sur le mérite". Le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, a en effet expliqué que l'auteur présumé de l'attentat, Sayfullo Saipov, s'était radicalisé après son arrivée aux Etats-Unis en 2010 dans le cadre d'un programme d'octroi de visas. 

Donald Trump a également évoqué la possibilité d'envoyer l'auteur présumé de l'attentat dans la prison de Guantanamo, dans le sud-est de Cuba, créée par les Etats-Unis après les attentats du 11-Septembre et que son prédécesseur Barack Obama avait tenté, en vain, de fermer. Pendant sa campagne, le milliardaire avait affiché sa volonté de remplir à nouveau le camp de prisonniers de "mauvais gars". 

Le républicain entend aussi réformer le système judiciaire. "Le système en place est une blague, c'est la risée [de tout le monde], ce n'est pas étonnant que tout cela arrive, a martelé le président américain. Nous devons aussi avoir des peines qui tombent beaucoup plus rapidement et qui soient beaucoup plus fortes que celles dont ces animaux écopent aujourd'hui."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.