Cet article date de plus de quatre ans.

Vidéo Facebook part à la chasse aux intox

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Les dirigeants du réseau social ont décidé de couper les revenus publicitaires de sites diffusant de fausses informations, qui ont beaucoup circulé après l'élection de Donald Trump aux États-Unis. Est-ce réalisable ? Rien n'est moins sûr.
FRANCEINFO
Article rédigé par
Nicolas Freymond - franceinfo avec AFP - Lisa Beaujour
France Télévisions

Les dirigeants du réseau social ont décidé de couper les revenus publicitaires aux sites diffusant de fausses informations, qui ont beaucoup circulé après l'élection de Donald Trump aux Etats-Unis. Est-ce réalisable ? Rien n'est moins sûr.

Donald Trump soutenu par le pape, Hillary Clinton qui vendrait des armes à l'Etat islamique : des fausses informations sur les élections qui ont attiré davantage l'attention sur Facebook que les vrais articles, durant les trois derniers mois de la campagne présidentielle américaine, selon une analyse réalisée par le site internet BuzzFeed News.

Facebook, mais aussi Google, ont annoncé récemment qu'ils allaient désormais empêcher leurs régies publicitaires de poster des annonces sur les sites publiant des informations fausses et souvent sensationnalistes. Une mesure susceptible de les étouffer en les privant de financements.

Une mesure difficile à mettre en place

Fabrice Epelboin, enseignant à Science Po et co-fondateur de Yogosha, demeure sceptique sur les mesures mises en place pour contrer ces sites : "Si on refuse la publicité à tous les sites qui publient de fausses informations, soit on est vraiment juste face à cette règle et on élimine beaucoup de sites traditionnels, soit on a un goulot d'étranglement pour filtrer tous les candidats".

Les fausses informations ne vont donc pas disparaître tout de suite. Les grands médias ont la mission de plus en plus grande, envers le public, d'être pédagogues et de décrypter ces intox.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Donald Trump

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.