VIDEO. Etats-Unis : Donald Trump accuse les démocrates d'encourager les médecins à "exécuter" les bébés

Il s'agit là de la dernière critique de l'avortement en date d'une longue série de la part de Donald Trump, relève le New York Times.

Le président américain Donald Trump, samedi 27 avril 2019 à Green Bay (Winsconsin, Etats-Unis).
Le président américain Donald Trump, samedi 27 avril 2019 à Green Bay (Winsconsin, Etats-Unis). (SAUL LOEB / AFP)

"Permettre que les enfants soient arrachés du ventre de leur mère, jusqu'au moment de la naissance." En meeting à Green Bay, dans le Winsconsin, samedi 27 avril, Donald Trump a livré une violente diatribe contre l'avortement, accusant ses adversaires démocrates d'être favorables à des "exécutions" de nouveau-nés, rapporte le New York Times (article en anglais)

Devant ses partisans, le président américain a reproché au gouverneur démocrate de l'Etat du Winsconsin d'avoir affiché son opposition à un projet de loi républicain, qui punissait de prison à vie les médecins qui ne feraient pas tout pour maintenir en vie un fœtus resté viable après une tentative d'avortement raté.

"Votre gouverneur a déclaré à la stupéfaction générale qu'il allait opposer son veto à une loi qui protège les bébés du Winsconsin nés vivants !" a-t-il lancé sous les huées de l'auditoire. Et d'enchaîner en décrivant une scène imaginaire : "Le bébé est né. La mère rencontre le docteur. Ils prennent soin du bébé. Ils enveloppent le bébé délicatement. Et puis le docteur et la mère décident s’ils exécuteront ou non le bébé." L'Obs a traduit l'intervention du chef d'Etat américain.

Il s'agit là de la dernière critique de l'avortement en date d'une longue série de la part de Donald Trump, relève le New York Times. Le quotidien relève toutefois que l'affirmation du président américain est largement exagérée, tant les cas de "nourrissons en vie après une tentative d'avortement" sont rares. 

Les médecins sont par ailleurs loin "d'exécuter" les nourrissons qui resteraient viables dans ces situations, comme l'affirme Donald Trump. Un professeur de gynécologie à l'université de Californie interrogé par le New York Times indique que lors de certaines grossesses, au cours desquelles la vie de la mère et celle de l'enfant sont menacées, un accouchement peut tout de même être décidé. "S'il semble peu probable que le bébé survive, la famille peut choisir de lui fournir des soins de confort (...) et de lui permettre de mourir naturellement sans avoir recours à des tentatives extrêmes de réanimation", écrit le quotidien américain.