VIDEO. Douze mois de Donald Trump à la Maison Blanche en 12 séquences "trumpesques"

Il a pris ses quartiers à Washington le 20 janvier 2017. Un an plus tard, il a marqué la planète par ses nombreuses sorties polémiques. Retour en images sur les douze premiers mois de présidence de Donald Trump.

Voir la vidéo
FRANCEINFO
avatar
Vincent WinterLouis SanFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Entre tweets polémiques, propos maladroits et gestes déconcertants, il ne cesse de faire parler de lui depuis un an. Donald Trump a été investi président des Etats-Unis le 20 janvier 2017. Franceinfo a résumé ses douze premiers mois de président en douze séquences "trumpesques".

"Fake news" et poignées de main

Le mandat de Donald Trump a commencé, un peu avant l'heure, le 11 janvier 2017, par une conférence de presse longue et confuse. Elle a donné le ton. Le milliardaire a notamment fustigé plusieurs médias américains. "You are fake news", a-t-il lancé à CNN.

Les poignées de main du président américain ont aussi été scrutées avec attention. Certaines ont été plus marquantes que d'autres. Il y a eu celle avec le Premier ministre japonais, Shinzo Abe. Interminable : 19 secondes. Celle qu'il a ignorée, avec la chancelière allemande Angela Merkel. Celle qui a viré au duel, avec Emmanuel Macron, et qui a provoqué un déluge de commentaires. "Ce n'est pas innocent. C'est un moment de vérité", a notamment réagi le président français.

"Le feu et la fureur"

Donald Trump s'est également fait remarquer lors de son déplacement à Jérusalem, en mai. "C'est un grand honneur d'être ici avec tous mes amis. Tellement incroyable, je n'oublierai jamais !"a-t-il écrit dans le livre d'or du mémorial israélien de Yad Vashem.

L'Otan s'est réuni, fin mai, à Bruxelles. Et le président américain a écarté sans ménagement le Premier ministre monténégrin, Dusko Markovic, pour être en première ligne devant les objectifs des photographes et des caméras.

En plein bras de fer avec la Corée du Nord, Donald Trump a lancé un avertissement sévère au régime de Pyongyang, lui promettant le "feu et la fureur".

"Pocahontas" et jets d'essuie-tout 

Le président américain a été moqué après avoir brièvement regardé une éclipse solaire sans lunettes de protection, le 21 août. Il a aussi été abondamment critiqué lors de son voyage à Porto Rico, en octobre. Il a, entre autres, jeté des rouleaux d'essuie-tout aux sinistrés de l'ouragan Maria, à la façon d'un basketteur.

Visiblement distrait, Donald Trump a terminé une prise de parole, à la Maison Blanche, le 12 octobre, et s'est dirigé vers la sortie en oubliant de signer un texte important. Il s'agissait d'un ordre exécutif contre l'Obamacare, un projet-phare de Barack Obama qu'il n'a cessé de critiquer, qu'il souhaite abroger mais n'a pas réussi à démanteler.

Un avion de chasse imaginaire

Fin novembre, le président américain a fait une surprenante allusion à "Pocahontas" pour désigner la sénatrice démocrate Elizabeth Warren, qui revendique des origines amérindiennes. Il a tenu ces propos alors qu'il recevait d'anciens combattants amérindiens à la Maison Blanche.

Donald Trump a également gaffé, le 10 janvier, en affirmant que les Etats-Unis avaient vendu à la Norvège des avions de chasse F52 et F35. Problème : le F52 existe uniquement dans Call of Duty Advanced Warfare, un célèbre jeu vidéo de guerre.

Le président américain doit quitter la Maison Blanche en 2021. Et, au vu de la première année écoulée, le reste de son mandat ne devrait pas décevoir les amateurs de séquences maladroites.

Le président américain Donald Trump lève le pouce alors qu\'il s\'apprêt à embarquer à bord d\'Air Force One, sur la base aérienne de Saint Andrews (Etats-Unis), le 3 novembre 2017.
Le président américain Donald Trump lève le pouce alors qu'il s'apprêt à embarquer à bord d'Air Force One, sur la base aérienne de Saint Andrews (Etats-Unis), le 3 novembre 2017. (ANDREW HARNIK / AP / SIPA)