Cet article date de plus de quatre ans.

Vidéo Comment, au Texas, on s'enrichit sur le dos des migrants mexicains

Publié Mis à jour

El Paso, Texas, à la frontière du Mexique. Ici, les magasins de bottes de cowboy sont peu à peu remplacés par des cabinets d'avocats spécialisés dans l'immigration et des "bail bonds", ou prêteurs de caution pour des migrants désormais systématiquement incarcérés. Un juteux business sur lequel se penche "Complément d'enquête".

El Paso,Texas : la ville la plus sûre des Etats-Unis. De l'autre côté de la frontière avec le Mexique, Ciudad Juárez : l'une des villes les plus dangereuses au monde. Côté américain, les magasins de bottes de cowboy cèdent peu à peu la place à des cabinets d'avocats spécialisés dans l'immigration et à des "bail bonds", ou prêteurs de caution.

"Complément d'enquête" a rencontré l'un d'eux. Sonny De Lachica prête de l'argent aux détenus qui ne peuvent pas payer la caution fixée par le juge pour être libérés avant leur procès. A El Paso, cette caution tourne autour de 7 500 dollars. Sonny De Lachica prélève 20% de ce montant. C'est 5% de plus que pour les délinquants classiques...

Un business qui rapporte 10 000 dollars par mois au prêteur de caution

"Ces gens-là ont beaucoup de ressources, se justifie le prêteur. Ils ont beaucoup de membres de leur famille qui les aident. Ils arrivent toujours avec de l'argent, l'argent nécessaire pour nous payer." 

En moyenne, il dit traiter deux ou trois cas par semaine. Un business qui lui rapporterait environ 10 000 dollars mensuels. Est-ce bien moral de se faire de l'argent sur le dos des migrants ? "Moi, je n'ai jamais ressenti ça. On leur permet de sortir de l'illégalité. Pour eux, c'est une opportunité."

Extrait de "Chasse aux migrants : le nouvel eldorado", un reportage diffusé dans "Complément d'enquête" le 13 septembre 2018.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.