Un Américain et fidèle soutien de Trump nommé à la tête de la Banque mondiale

David Malpass, jusqu'à présent sous-secrétaire au Trésor américain en charge des affaires internationales, a été "unanimement sélectionné" par le conseil d'administration de la Banque mondiale.

David Malpass, le 6 février 2019 à Washington (Etats-Unis).
David Malpass, le 6 février 2019 à Washington (Etats-Unis). (BRENDAN SMIALOWSKI / AFP)

Son élection n'est pas une surprise puisqu'il était le seul candidat. L'Américain David Malpass, un soutien fidèle de Donald Trump et pourfendeur d'institutions internationales "inefficaces", a été nommé, vendredi 5 avril, à la tête de la Banque mondiale, dont la mission est de lutter contre la pauvreté en facilitant l'investissement.

Le nouveau président, nommé pour cinq ans et qui s'est dit "honoré", prendra ses fonctions mardi, juste à temps pour la tenue des réunions de printemps de l'institution fondée en 1944 à Breton Woods en même temps que le Fonds monétaire international (FMI).

"Eliminer l'extrême pauvreté et de partager la prospérité"

M. Malpass, 63 ans, jusqu'à présent sous-secrétaire au Trésor américain en charge des affaires internationales, a été "unanimement sélectionné" par le conseil d'administration de la Banque mondiale, indique un communiqué de la Banque. Il était aussi le seul candidat, personne n'ayant voulu se présenter contre le poulain de Donald Trump et cela d'autant moins qu'une règle tacite veut que la direction de l'institution revienne à un Américain et celle du FMI à un Européen.

"Notre mission est plus urgente qu'elle ne l'a jamais été. La pauvreté extrême touche toujours 700 millions de personnes et bien que la croissance mondiale soit positive, trop de gens ne voient aucun progrès dans leurs conditions de vie", a dit D Malpass dans un message aux employés de la Banque. "Face à ces défis, notre double objectif d'éliminer l'extrême pauvreté et de partager la prospérité avec tous sont plus justifiés qu'ils ne l'ont jamais été", a-t-il ajouté.