Trump nomme un élu républicain contesté à la tête des services de renseignement

La cheffe de l'opposition démocrate au Congrès, Nancy Pelosi, a dénoncé cette nomination. John Ratcliffe est notamment critiqué pour son manque d'expérience.

Le républicain John Ratcliffe, le 27 février 2020 dans le Maryland (Etats-Unis).
Le républicain John Ratcliffe, le 27 février 2020 dans le Maryland (Etats-Unis). (ALEX WONG / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Donald Trump persiste et signe. Le président américain a nommé, vendredi 28 février, l'un de ses fervents partisans, l'élu républicain John Ratcliffe, à la tête des services de renseignement américains. Il y a un peu plus de six mois, il avait pourtant été contraint de renoncer à lui confier ce poste délicat.

Le président a annoncé sur Twitter la nomination de cet élu de la Chambre des représentants, âgé de 54 ans, comme directeur du renseignement (DNI). "John est un homme exceptionnel de grand talent", a-t-il assuré.

La cheffe de l'opposition démocrate au Congrès, Nancy Pelosi, a dénoncé cette nomination, arguant que le président américain était en train "d'ignorer des réserves sérieuses" et laissait "la politique et non pas le patriotisme, guider la sécurité nationale".

Une nomination qui doit être confirmée par le Sénat

Donald Trump avait déjà fait part début août de son intention de le promouvoir à ce poste chargé de superviser et de coordonner les activités de la CIA, de la NSA et de 15 autres agences de renseignement. Mais cet ancien maire d'une banlieue aisée de Dallas, et procureur fédéral pendant tout juste un an, en 2007, avait été critiqué notamment par l'opposition démocrate, en raison de son manque d'expérience et de son dévouement envers le président.

Il avait également été accusé d'avoir exagéré certains faits d'armes et, même dans les rangs républicains, l'enthousiasme était resté mesuré. Le milliardaire républicain avait finalement renoncé à choisir John Ratcliffe, dénonçant au passage "la manière très injuste" dont il avait été traité par les médias.

"La dernière fois que sa nomination a été envisagée, des questions sérieuses avaient été soulevées par les deux partis", a rappelé le sénateur démocrate Mark Wagner. "J'ai du mal à voir ce qui a changé depuis", a assené dans un communiqué l'élu, numéro deux de la commission sénatoriale du renseignement. John Ratcliffe doit encore être confirmé par le Sénat, où les républicains sont majoritaires. Le chef des sénateurs démocrates Chuck Schumer les a appelés à joindre leurs voix à celle de l'opposition pour rejeter sa candidature.