Torture : la probable future patronne de la CIA, Gina Haspel, sur le grill

Aux États-Unis, la polémique gronde face à l'arrivée de Gina Haspel à la tête de la CIA. Cette femme controversée aurait eu un rôle important dans les programmes de torture. De grandes voix s'élèvent contre sa nomination.

FRANCE 2

Pour beaucoup d'Américains, elle incarne le recours à la torture pratiquée par la CIA dans des prisons secrètes après les attentats du 11 Septembre. Il y a 16 ans, Gina Haspel supervisait une prison en Thaïlande, où des membres d'Al-Qaïda ont subi des simulacres de noyade. Devant les sénateurs américains, elle le promet : pas question de recourir à nouveau à la torture, même si le président Donald Trump le lui demandait.

Soutenue par Donald Trump

Un grand oral interrompu à plusieurs reprises par des opposants à la torture. Gina Haspel se justifie. À l'époque, dit-elle, la torture était légale. Mais interrogée sur la moralité de ces techniques d'interrogatoire, elle élude. Des réponses qui n'ont que partiellement convaincu le Sénat. Sa nomination, soutenue par Donald Trump, doit être confirmée d'ici la fin du mois.

Le JT
Les autres sujets du JT
Gina Haspel, nommée par Donald Trump à la tête de la CIA, prête serment avant son audition devant la commission du renseignement du Sénat, le 9 mai 2018 à Washington (Etats-Unis).
Gina Haspel, nommée par Donald Trump à la tête de la CIA, prête serment avant son audition devant la commission du renseignement du Sénat, le 9 mai 2018 à Washington (Etats-Unis). (ALEX EDELMAN / CONSOLIDATED NEWS PHOTOS / AFP)