Tentative d'attentat en France déjouée : nombreuses zones d'ombre

Les polices belge, française et allemande ont déjoué un attentat planifié samedi 30 juin contre un meeting de l'opposition iranienne en Seine-Saint-Denis. Un couple belge d'origine iranienne a été arrêté à Bruxelles, trois personnes en France et une autre en Allemagne.

France 3

Deux éléments intriguent les enquêteurs qui ont déjoué cette tentative d'attentat à Villepinte (Seine-Saint-Denis) : l'interpellation en Allemagne d'un diplomate iranien en poste à Vienne (Autriche), un homme en contact avec le couple arrêté près de Bruxelles, et le fait que les deux membres de ce couple d'origine iranienne, Amir S., 36 ans, et Nasimeh N., 33 ans, soient de nationalité belge. Ils résidaient donc dans le royaume depuis au moins cinq ans.

La faute à Trump ?

L'Iran évoque une machination. La police recherche des complices ou un réseau. Des perquisitions ont eu lieu dans cinq autres communes belges. Sur le fond, la fin de l'accord sur le nucléaire iranien déclenché par Donald Trump a-t-elle réveillé de vieux démons iraniens ? À qui aurait pu profiter cet attentat s'il avait eu lieu ? Sûrement pas au président modéré Hassan Rohani qui, lui, essaie de sauver l'accord. Enquêtes policières, intrigues et géopolitique sont peut-être intimement liées, conclut en direct de Bruxelles pour France 3 Pascal Verdeau.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un robot démineur inspecte la voiture des deux suspects, à Woluwe-Saint-Pierre, dans la région de Bruxelles, le 2 juillet 2018.
Un robot démineur inspecte la voiture des deux suspects, à Woluwe-Saint-Pierre, dans la région de Bruxelles, le 2 juillet 2018. (OLIVIER GOUALLEC / CROWDSPARK / AFP)