Taxes sur l'acier et l'aluminium : "Il y a un risque que les États-Unis quittent l'OMC"

Lionel Fontagné, professeur à l'Université Paris-I, a expliqué, jeudi soir sur franceinfo, que la décision de Donald Trump de taxer les importations d'acier et d'aluminium est une mise en danger de "l’édifice qui a été construit par les États-Unis depuis la seconde guerre mondiale".

Donald Trump a signé, jeudi 8 mars 2018, les déclarations imposant des droits de douane sur les importations américaines d\'aluminium et d\'acier.
Donald Trump a signé, jeudi 8 mars 2018, les déclarations imposant des droits de douane sur les importations américaines d'aluminium et d'acier. (BRYAN R. SMITH / AFP)

"On ne peut pas lui reprocher de faire ce qu’il avait dit qu’il ferait", a réagi Lionel Fontagné, jeudi 8 mars sur franceinfo, alors que Donald Trump a annoncé qu'il imposait des taxes sur les importations d’acier (25%) et d’aluminium (10%). Selon le professeur à l'Université Paris-I et membre du Cercle des économistes, "l’Organisation mondiale du commerce ne peut pas annuler la mesure de Donald Trump, mais l’OMC peut autoriser l’Europe à prendre des mesures de rétorsion commerciale pour un montant équivalent aux pertes d’exportation vers les Etats-Unis".

Possibilité d'un départ de l'OMC

"Il y a un risque que les États-Unis quittent l’OMC, a estimé Lionel Fontagné. Ce risque est important pour l’Europe, car cela voudrait dire que l’OMC ne sert plus à rien, si ce cas évident n’était pas traité comme il se doit." Mais, d'un point de vue légal, pour l'universitaire, "les Européens devraient gagner".

Lionel Fontagné a poursuivi en expliquant que l'on peut reprocher à Donald Trump "de ne pas respecter les règles multilatérales" avec cette décision qui prendra effet d'ici 15 jours et qui exempte le Canada et le Mexique, car "il met en danger l’édifice qui a été construit par les États-Unis depuis la seconde guerre mondiale et qui vise à assurer un commerce avec des règles de concurrence normales".