Cet article date de plus de quatre ans.

Steve Bannon, l'ancien conseiller de Donald Trump, est convoqué par le procureur spécial qui enquête sur le "scandale russe"

L'ancien dirigeant de Breitbart.com a été cité à comparaître devant un grand jury, dans le cadre de l'enquête sur les soupçons de collusion entre le clan Trump et la Russie.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Steve Bannon, l'ancien conseiller spécial de Donald Trump, lors d'une réunion sur la lutte contre le l'extrêmisme à Washington (Etats-Unis), le 23 octobre 2017. (DREW ANGERER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Steve Bannon est dans le collimateur du procureur spécial Robert Mueller. L'ancien conseiller stratégique de Donald Trump été cité à comparaître devant un grand jury dans le cadre de l'enquête sur l'ingérence présumée de la Russie dans l'élection présidentielle américaine de 2016, rapportent le New York Times et Fox News (en anglais), mardi 16 janvier. Un porte-parole de Robert Mueller n'a pas souhaité commenter cette information.

C'est la première fois que le procureur spécial recourt à une citation à comparaître avec un membre du premier cercle de Donald Trump, souligne le New York Times. Robert Mueller souhaiterait ainsi s'assurer de la pleine coopération de l'ancien patron du site Breitbart.com. Car Steve Bannon est désormais en froid avec le président américain.

Il a été limogé de ses fonctions à la Maison blanche en août dernier et est tombé en disgrâce aux yeux du président américain après la parution début janvier d'un livre polémique. Dans Fire and Fury : Inside the Trump White House, Steve Bannon assimile à une trahison et qualifie "d'antipatriotique" l'entretien qui a réuni en juin 2016 le fils aîné de Donald Trump, des cadres de son équipe de campagne et des interlocuteurs russes. Le locataire de la Maison Blanche a estimé que son ancien conseiller stratégique avait "perdu la tête".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Donald Trump

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.