"Rien de tel qu'un mur" : à la frontière avec le Mexique, Donald Trump défend son projet de séparation

L'édifice est la source d'un vif conflit avec les démocrates qui a provoqué la paralysie partielle de l'administration fédérale.

Le président américain Donald Trump reçoit un briefing sur la sécurité à la frontière à McAllen, au Texas, le 10 janvier 2019.
Le président américain Donald Trump reçoit un briefing sur la sécurité à la frontière à McAllen, au Texas, le 10 janvier 2019. (JIM WATSON / AFP)

"Ils ont besoin d'une barrière, ils ont besoin d'un mur. Sans cela, il n'y aura que des problèmes. Et la mort, beaucoup de morts." Le président américain Donald Trump a défendu, jeudi 10 janvier, à McAllen, ville texane frontalière avec le Mexique, son projet de mur. L'édifice est la source d'un vif conflit avec les démocrates qui a provoqué l'une des plus importantes paralysies partielles de l'administration fédérale.

"Rien de tel qu'un mur", a ajouté le locataire de la Maison Blanche lors d'une table ronde, évoquant les migrants illégaux qui profitent selon lui des zones "où il est impossible de déterminer si vous êtes au Mexique ou aux Etats-Unis". Donald Trump réclame 5,7 milliards de dollars pour cette promesse de campagne. Ses adversaires refusent catégoriquement de débloquer des fonds pour un projet qu'ils jugent "immoral".

Face à l'impasse, Donald Trump répète à l'envi qu'il pourrait invoquer une procédure d'"urgence nationale", en pouvant se passer du Congrès pour construire le mur. Mais une telle décision, conférant au président des pouvoirs extraordinaires, provoquerait très probablement une tempête politico-judiciaire.