Cet article date de plus de quatre ans.

Qui est Christopher Steele, l'ex-espion britannique soupçonné d'être à l'origine du rapport controversé sur Donald Trump ?

Cet ancien agent des services secrets dirige une entreprise de conseil londonienne spécialisée dans l'investigation.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le président élu Donald Trump répond à des journalistes pendant une conférence de presse, le 11 janvier 2017 à New York. (DON EMMERT / AFP)

Les regards se tournent désormais vers lui. Ex-agent des services britanniques, Christopher Steele, 52 ans, aurait rédigé le rapport controversé sur des liens présumés entre le président élu américain Donald Trump et la Russie, selon le Wall Street Journal.

Le quotidien américain en fait l'auteur du document publié mardi 10 janvier par le site américain Buzzfeed. Ce rapport affirme que Moscou détient des informations compromettantes sur le milliardaire, dont une vidéo à caractère sexuel. Que sait-on de cet espion chevronné, qui a fui sa maison du Surrey (Royaume-Uni) pour échapper à la curiosité médiatique ?

Il était espion en Russie pour le MI6

Christopher Steele a travaillé plusieurs années à Moscou pour le MI6, le renseignement extérieur britannique, selon le Wall Street Journal, qui cite un ancien agent de la CIA.

La version anglaise du Huffington Post rapporte que l'espion était en poste à l'ambassade britannique à Moscou comme diplomate en 1990, et qu'il aurait travaillé plusieurs années en Russie. En 1998, il était enregistré à l'ambassade britannique à Paris, comme premier secrétaire.

Le tabloïd Daily Mirror a publié sur Twitter, le 12 janvier, "la première photo" de ce James Bond projeté à la une des médias :

Il aurait révélé la corruption au sein de la FIFA

Après avoir quitté les services de renseignement britanniques, Christopher Steele s'est mis à son compte. Il dirige avec Chris Burrows, 58 ans, sa société basée à Londres, Orbis Business Intelligence, créée en mars 2009 selon Reuters.

Une société qui a quelques titres de gloire. L'ex-agent secret de Sa Majesté, rapporte The Telegraph en citant des responsables américains, a fourni des informations au FBI (la police fédérale américaine) sur la corruption au sein de la Fédération internationale de football (Fifa), basée à Zurich, en Suisse.

Steele, précise le journal britannique, avait été engagé au départ par la fédération anglaise de football, qui espérait accueillir les Coupes du monde de foot de 2018 ou 2022 (finalement attribuées à Moscou et au Qatar).

Les informations fournies se sont révélées précieuses puisqu'elles ont permis aux Etats-Unis d'ouvrir une enquête aux ramifications internationales sur les pratiques de la Fifa. L'institution a été obligée de faire le ménage jusqu'au sommet, contraignant son président Sepp Blatter à la démission.

Son commanditaire sur le dossier Trump est inconnu

Toujours selon les informations du quotidien britannique, Christopher Steele a été engagé par Fusion GPS, une société d’études politiques de Washington, pour enquêter sur le magnat de l'immobilier. Qui étaient les véritables commanditaires ? Des "républicains non identifiés", espérant arrêter leur adversaire dans sa course à l’investiture du Parti républicain pour la présidentielle américaine.

La BBC a cru pouvoir affirmer que Steele avait été initialement embauché par Jeb Bush, frère de l'ex-président George Bush et rival malheureux de Trump à la primaire, avant de se reprendre. Elle a finalement démenti l'information. Jeb Bush a quant à lui nié tout contact entre lui-même et Christopher Steele, a indiqué à Reuters son ancienne porte-parole, Kristy Campbell.

Il aurait bonne réputation (mais son rapport moins)

A en croire ses anciens collègues cités par le quotidien britannique The Guardian, Christopher Steele est un professionnel méticuleux et prudent, considéré comme "très crédible". Un ancien responsable du ministère britannique des Affaires étrangères a assuré au journal que "l'idée que son travail puisse être un faux ou une opération digne des Pieds nickelés est complètement incorrecte. Chris est un professionnel expérimenté et très estimé. Ce n'est pas le genre de personne qui colporterait des ragots".

Mais plusieurs sources (anonymes) proches des services de renseignement se sont montrées réservées sur son rapport. L'une d'elles a indiqué à l'AFP que l'anglais dans lequel est écrit le rapport laisse penser que certains passages n'ont pas été rédigés par un Britannique mais probablement "par un sous-traitant russe". Le rapport, estime cette personne, a été écrit dans l'urgence et "des informations transmises par le sous-traitant ont été copiées-collées sans être remises en question". 

Il est désormais introuvable

Difficile d'avoir la version de l'espion : Christopher Steele a disparu quelques heures avant que la presse ne publie son nom. Il a quitté, relate Le Monde, "sa grande maison de briques de Runfold, dans la campagne du Surrey" après avoir "confié ses trois chats à un voisin". Depuis, tous les médias traquent l'homme qui craint désormais pour sa sécurité, à en croire The Telegraph.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Donald Trump

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.