Propos de Donald Trump sur Haïti : "Il vit des clivages sociaux", "il a le souhait d'être le président du chaos"

Pour la sociologue Marie-Cécile Naves interrogée sur franceinfo, vendredi, Donald Trump "vit des clivages sociaux" et "entretient les clivages raciaux".

Donald Trump, le 45e président des États-Unis.
Donald Trump, le 45e président des États-Unis. (SAUL LOEB / AFP)

Donald Trump a créé une nouvelle polémique d'ampleur sur le plan international. Le président américain a qualifié, selon plusieurs sources, Haïti et plusieurs États africains de "pays de merde", en évoquant l'immigration lors d'une réunion à la Maison Blanche. Ces propos ont été aussitôt démentis par Donald Trump.

"Depuis qu'il a été élu, il vit des clivages sociaux et il entretient les clivages raciaux", a affirmé vendredi 12 janvier sur franceinfo Marie-Cécile Naves, politologue et sociologue spécialiste des États-Unis.

"Cela lui permet d'être toujours dans la lumière"

"Les propos qu'il aurait tenus témoignent d'une grande méconnaissance des enjeux de l'immigration aux États-Unis, analyse Marie-Cécile Naves. Il a le souhait d'être le président du chaos et d'apparaître comme quelqu'un de combattif, qui ne se laisse pas faire par le politiquement correct, par la facilité, par la bien-pensance."

La sociologue poursuit son analyse ainsi : "Cela lui permet d'être toujours dans la lumière et ça fait diversion par rapport aux sujets qui le tourmentent plus comme l'enquête du procureur Mueller."

"Il répond à une partie de l'Amérique blanche"

Certains responsables politiques ont dénoncé les "propos racistes" de Donald Trump. "Il ne donne pas beaucoup d'éléments pour montrer qu'il n'est pas raciste, insiste sur franceinfo Marie-Cécile Naves. Il a multiplié les appels du pied vers les suprémacistes, y compris vers le Ku Klux Klan."

En fait, Donald Trump "répond à une partie de l'Amérique blanche qui a du mal avec le multiculturalisme et qui n'a jamais supporté d'avoir un président noir pendant huit ans", a déclaré Marie-Cécile Naves.