Projet d'armée européenne : on vous résume la passe d'armes entre Emmanuel Macron et Donald Trump

Après que le président américain a jugé des propos de son homologue "très insultants", l'Elysée a tenté d'éteindre l'incendie samedi 10 novembre, en évoquant une "confusion". Mais Donald Trump est revenu à la charge mardi.

Emmanuel Macron pose une main sur un genou de Donald Trump, le 10 novembre 2018, à l\'Elysée, à Paris.
Emmanuel Macron pose une main sur un genou de Donald Trump, le 10 novembre 2018, à l'Elysée, à Paris. (SAUL LOEB / AFP)

Le président américain Donald Trump a, une nouvelle fois, critiqué avec virulence, mardi 13 novembre, la proposition d'Emmanuel Macron de créer une armée européenne, quelques jours après avoir jugé très "insultants" les propos de son homologue français sur la création d'une telle force militaire. Vous vous y perdez ? On rembobine.

1Macron plaide pour "une vraie armée européenne"

Dans un entretien diffusé, mardi, sur Europe 1, le chef de l'Etat a appelé de ses vœux un renforcement de la Défense européenne. "On ne protègera pas les Européens si on ne décide pas d'avoir une vraie armée européenne", a-t-il plaidé. "Face à la Russie qui est à nos frontières et qui a montré qu'elle pouvait être menaçante (...) on doit avoir une Europe qui se défend davantage seule, sans dépendre seulement des Etats-Unis et de manière plus souveraine."

Nous devons nous protéger à l'égard de la Chine, de la Russie et même des Etats-Unis d'Amérique.Emmanuel Macronà Europe 1

2Trump dénonce des propos "très insultants"

Vendredi soir, quelques instants seulement après son arrivée en France, le président américain a publié un tweet incendiaire nommant directement Emmanuel Macron. "Le président Macron vient de suggérer que l'Europe construise sa propre armée pour se protéger contre les Etats-Unis, la Chine et la Russie. Très insultant, mais peut-être que l'Europe devrait d'abord payer sa part à l'Otan, que les Etats-Unis subventionnent largement !"

3L'Elysée évoque une "confusion"

Samedi matin, la présidence de la République a insisté sur le fait qu'Emmanuel Macron "n'a jamais dit qu'il fallait créer une armée européenne contre les Etats-Unis". En effet, dans l'entretien accordé à Europe 1, l'appel à se protéger face aux Etats-Unis (à 4'57 dans la vidéo ci-dessous) avait été lancé juste après un passage sur les menaces internationales sur le cyberespace et juste avant une critique du retrait américain annoncé du traité sur les armes nucléaires à portée intermédiaire (INF).

"Je comprends que l'enchaînement des sujets dans l'interview puissent créer de la confusion mais ce sont bien deux sujets différents, le traité INF et ce sujet d'une force de défense des Européens où il y a des travaux en cours", a-t-on souligné à l'Elysée.

4Une poignée de main entre les deux hommes

Avant le début de leur entretien à l'Elysée, samedi matin, Emmanuel Macron et Donald Trump ont fait mine d'ignorer la tension des dernières heures. Le président français a assuré qu'il œuvrait pour que l'Europe paye davantage pour supporter le coût de la défense du continent dans le cadre de l'Otan, une exigence récurrente du président américain.

Voir la vidéo

"J'apprécie ce que vous dites sur un partage du fardeau, vous connaissez mon point de vue. Nous voulons une Europe forte", a réagi le président américain, visage fermé.

5Trump torpille l'idée d'une armée européenne

Deux jours après son retour de Paris, Donald Trump a dénoncé, pour la deuxième fois, la proposition d'Emmanuel Macron de créer une armée européenne. "Emmanuel Macron a suggéré la création de leur propre armée pour protéger l'Europe contre les Etats-Unis, la Chine et la Russie. Mais c'était [contre] l'Allemagne dans la Première et la Seconde Guerre mondiale - comment cela a-t-il fonctionné pour la France ? Ils commençaient à apprendre l'allemand à Paris avant que les Etats-Unis arrivent. Payez pour l'Otan ou rien !" a-t-il écrit sur Twitter.

Cette fois, c'est l'ambassadeur de France aux Etats-Unis qui a réagi et évoqué une confusion sur les propos d'Emmanuel Macron, selon le correspondant de BFMTV à Washington.

6Merkel prône la création d'"une véritable armée européenne"

Dans la foulée, la chancelière allemande Angela Merkel a prôné, à son tour, devant le Parlement européen à Strasbourg, la création à terme d'"une véritable armée européenne". "Nous devons élaborer une vision nous permettant d'arriver un jour à une véritable armée européenne", a déclaré Angela Merkel.

La chancelière allemande a également proposé "la constitution d'un conseil de sécurité européen" pour renforcer la politique extérieure de l'Union européenne. "J'ai proposé la constitution d'un conseil de sécurité européen avec une présidence tournante, au sein de laquelle des décisions importantes pourront être plus rapidement prises", a déclaré Angela Merkel, invitée à s'exprimer devant les eurodéputés sur l'avenir de l'Europe.