Procès en destitution : les démocrates accusent Donald Trump d'être l"incitateur-en-chef" de l'assaut du Capitole

Au deuxième jour du procès en destitution de l'ancien président américain, les procureurs démocrates l'ont accusé d'avoir nourri pendant des mois la colère de ses partisans jusqu'à ce qu'elle explose.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Joaquin Castro, l'un des élus démocrates chargés de porter l'accusation au procès en destitution de Donald Trump, devant le Sénat, au Capitole, à Washington, le 10 février 2021. (AP / SIPA)

Une violence inouïe libérée par l'"incitateur-en-chef" : les procureurs démocrates au procès en destitution de Donald Trump ont accusé mercredi 10 février l'ex-président d'avoir nourri pendant des mois la colère de ses partisans jusqu'à ce qu'elle explose, au Capitole le 6 janvier.

Au deuxième jour de ce procès historique, ces procureurs se sont attachés à replacer l'attaque contre le Capitole dans le contexte de la croisade post-électorale menée par Donald Trump pour contester la victoire de son rival Joe Biden à la présidentielle. Leur assaut sur le siège du Congrès, qui vaut au milliardaire d'être jugé au Sénat pour "incitation à l'insurrection", n'est pas survenu "dans le vide", selon eux : "La hargne de la foule a été attisée pendant des mois par Donald Trump", a lancé Joaquin Castro, l'un des élus chargés de porter l'accusation.

L'ancien magnat de l'immobilier, qui passe sa retraite en Floride, a refusé de témoigner devant les sénateurs. Mais sa voix n'a cessé de retentir dans l'hémicycle de la chambre haute du Congrès, où l'accusation a projeté de nombreux extraits de ses discours enflammés, reproduit ses tweets incendiaires, cité ses propos les plus polémiques.

Des audiences retransmises en direct dans tous les Etats-Unis

Les faits montrent que "le président Trump n'a pas été le témoin innocent d'un accident", comme ses avocats le suggèrent, mais qu'il "a abandonné son rôle de commandant-en-chef pour devenir l'incitateur-en-chef d'une dangereuse insurrection", a résumé Jamie Raskin, qui dirige cette équipe de procureurs.

"Donald Trump a perpétré un immense crime contre notre Constitution et notre peuple" et "il doit être condamné par le Sénat américain", ce qui le rendrait inéligible, a plaidé Jamie Raskin.

Même s'ils ont peu de chances de parvenir à convaincre deux tiers des sénateurs de le juger coupable - un seuil élévé fixé par la Constitution - , les procureurs démocrates entendent au moins marquer l'opinion lors de ces audiences retransmises en direct dans tous les Etats-Unis.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.