Près de deux mois après la tuerie de Parkland, Donald Trump s'exprime devant le lobby des armes à feu

Absent aux funérailles des 17 victimes de Parkland (Floride), le président américain prend la parole vendredi à Dallas devant les adhérents de la National Rifle Association (NRA).

Donald Trump devant un forum de la NRA le 28 avril 2017.
Donald Trump devant un forum de la NRA le 28 avril 2017. (ERIK S. LESSER / EPA / MAXPPP)

Accompagné de son vice-président, Donald Trump doit prendre la parole vendredi 4 mai lors du congrès annuel de la NRA, le lobby pro armes, qui se déroule à Dallas (Texas), un mois et demi après de gigantesques manifestations réclamant plus de contrôle sur les armes à feu.

Le président américain s'était exprimé il y a un an, devant 10 000 adhérents en réaffirmant sa prise de position sur la question du port d'armes à feu aux États-Unis. "Vous avez un véritable ami et un champion à la Maison-Blanche, avait-il assuré, et on fera tout pour garantir à tous nos concitoyens le droit de se défendre."

Face à ce "droit de se défendre", des voix s'élèvent, notamment celle de Leonor Munoz, membre du mouvement Never Again (mouvement étudiant anti-armes à feu), qui a perdu l'une de ses amies lors de la fusillade de Parkland. Elle déplore l'absence du président américain aux funérailles des dix-sept lycéens abattus le 14 février dernier. "Le président n’est même pas venu à un seul des enterrements ici à Parkland. Et là, il se rend à cet événement organisé par la NRA. Je ne suis pas surprise mais très déçue."

Aucune avancée concrète sur le contrôle des armes

Depuis le drame de Parkland, quasiment rien ne s’est passé sur le plan législatif. Donald Trump a proposé d’armer les enseignants et la NRA a vu le nombre de ses soutiens grandir. Ils seront près de 80 000 à Dallas, mais ceux qui assisteront au discours du président et du vice-président n’auront pas le droit de porter leur arme sur eux pour des raisons de sécurité.