Pour Obama, Trump est "un pragmatique", pas "un idéologue"

Sans cacher ses "inquiétudes" concernant la présidence Trump, le locataire actuel de la Maison Blanche a adressé, lundi, des conseils à son successeur.

Barack Obama lors d\'une conférence de presse, le 14 novembre 2016, à Washington (Etats-Unis).
Barack Obama lors d'une conférence de presse, le 14 novembre 2016, à Washington (Etats-Unis). (JONATHAN ERNST / REUTERS)

"Est-ce que j'ai des inquiétudes ? Absolument." Moins d'une semaine après l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, le président sortant, Barack Obama, a souligné ses "divergences sur tout un tas de sujets" avec son successeur. Il a toutefois vanté son "pragmatisme".

"Je ne crois pas que ce soit un idéologue, a dit Barack Obama, lors d'une conférence de presse. Je crois qu'au bout du compte, c'est un pragmatique. Et cela peut lui être utile, à partir du moment où il a de bonnes personnes autour de lui et qu'il sait clairement où il va."

Trump doit envoyer des "signaux d'unité"

Barack Obama a déclaré qu'il avait insisté auprès de Donald Trump, lors de la rencontre entre les deux hommes, jeudi, sur la différence entre faire campagne et présider les Etats-Unis. Il a ajouté lui avoir dit qu'au vu de la "férocité" de la bataille présidentielle, il importait d'envoyer des "signaux d'unité" au pays et de "tendre la main aux minorités, aux femmes et à tous ceux qui sont inquiets face au ton de la campagne".

"La façon dont il tendra la main aux groupes qui ne l'ont peut-être pas soutenu, la façon dont il exprimera son intérêt pour leurs problèmes et inquiétudes, c'est le genre de choses qui pourra donner le ton et aider à avancer une fois qu'il prendra ses fonctions", a précisé l'actuel locataire de la Maison Blanche.

Les démocrates doivent "se montrer partout"

Après la défaite de Hillary Clinton, Barack Obama a également appelé les démocrates à "se battre, à se montrer partout" à travers les Etats-Unis, dans une critique à peine voilée envers la candidate, qui a perdu des bastions traditionnels de la gauche, le 8 novembre.