Cet article date de plus de trois ans.

Nucléaire iranien : les entreprises françaises pénalisées par la décision de Donald Trump ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Nucléaire iranien : les entreprises françaises pénalisées par la décision de Donald Trump ?
France 3
Article rédigé par
France Télévisions

Plusieurs entreprises françaises ont signé des contrats avec l'Iran depuis la signature de l'accord sur le nucléaire iranien en 2015. Mais le retrait des États unis et leurs menaces sur ceux qui commercent avec l'Iran compromettent ces contrats parfois très importants.

Pétrole, gaz, aéronautique, automobile : de nombreuses entreprises françaises sont inquiètes des difficultés connues par l'accord sur le nucléaire iranien au lendemain du retrait des États-Unis. Airbus avait signé un contrat record avec l'Iran : 100 avions livrés pour 16,8 milliards d'euros. Le département américain du trésor a confirmé que les autorisations pour transporter du matériel aéronautique vers l'Iran seront révoquées sous 90 jours, sous peine de sanctions. La direction d'Airbus se donne le temps de la réflexion.

Le gouvernement va réfléchir à des parades

Le secteur automobile, lui aussi, a parié sur l'Iran. Renault, déjà bien implanté, pensait vendre 300 000 véhicules par an, Peugeot 200 000. L'Iran et ses 80 millions d'habitants était un marché très prometteur. Dans le domaine de l'énergie, Total avait signé un contrat gazier de plus de 4 milliards d'euros et pourrait être contraint de se retirer. Le gouvernement réfléchit à des parades pour préserver ses échanges commerciaux avec l'Iran et réunira bientôt les entreprises concernées.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.