Cet article date de plus de trois ans.

"Nous affaiblissons notre grandeur quand nous nous cachons derrière des murs" : dans une lettre posthume, le sénateur John McCain critique Donald Trump

Le sénateur républicain John McCain, mort samedi à l'âge de 81 ans, a laissé une lettre d'adieu, lue par son porte-parole, dans laquelle il demande aux Américains de "ne pas désespérer face aux difficultés actuelles".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le sénateur républicain de l'Arizona, John McCain, à Washington, le 19 septembre 2017. (MAXPPP)

"Ne désespérez pas face à nos difficultés actuelles, mais croyez toujours en la promesse et la grandeur de l'Amérique." De son vivant, John McCain était déjà très critique de Donald Trump et de sa politique. Et le sénateur républicain l'est toujours, même après sa mort, à en croire la lettre d'adieu lue par son porte-parole, Rick Davis, lundi 27 août. 

Dans ce texte, John McCain remercie d'abord les Américains, en particulier ceux de l'Arizona, dont il était le sénateur. "Je suis mort comme j'ai vécu, fier d'être Américain", écrit-il, avant d'énoncer des critiques à peine voilées à l'encontre de Donald Trump. "Nous affaiblissons notre grandeur lorsque nous confondons notre patriotisme avec des rivalités tribales qui ont engendré le ressentiment, la haine et la violence aux quatre coins de la planète. Nous l'affaiblissons quand nous nous cachons derrière des murs, plutôt que de les faire tomber", poursuit John McCain, en référence au mur que Donald Trump souhaite faire ériger à la frontière mexicaine.

Nous sommes les citoyens de la plus grande république du monde, une nation d'idéaux, pas une nation de sang et de sol.

John McCain

dans une lettre d'adieu

"Ne désespérez pas face à nos difficultés actuelles et croyez toujours en la promesse et la grandeur de l'Amérique, car rien n'est inévitable ici. Les Américains n'abandonnent jamais. Nous ne nous rendons jamais. Nous ne nous cachons jamais face à l'Histoire. Nous faisons l'Histoire", avait-il ajouté. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Donald Trump

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.