Le sommet de l'Otan suspendu à l'humeur de Trump

Le sommet de l'Otan débute mercredi 11 juillet à Bruxelles : les Européens s'interrogent sur les intentions de Donald Trump. Dès ce matin, le président américain s'en est pris à Angela Merkel, accusant l'Allemagne d'être "prisonnière de la Russie".

Voir la vidéo
France 2

À son arrivée à Bruxelles, le salut de Donald Trump parait amical. Pourtant, depuis quelques jours déjà, il ne cache pas ses intentions : régler ses comptes avec ses alliés de l'Otan. Mercredi 11 juillet au matin, avant même le début du sommet, il demande aux Européens d'augmenter leur budget de Défense : "Les États-Unis payent beaucoup trop et d'autres pays ne payent pas assez. Ça continue depuis des décennies, c'est disproportionné et injuste pour les contribuables américains. On va faire en sorte que ce soit plus juste", a-t-il déclaré. À ses côtés, le président de l'Otan, visiblement embarrassé.

"Considérez mieux vos alliés"

Quelques minutes plus tard, les déclarations tonitruantes continuent. Cette fois-ci, Donald Trump s'en prend à l'Allemagne, estimant qu'elle est "prisonnière de la Russie". Donald Trump exerce-t-il un chantage sur l'Otan pour faire avancer sa politique commerciale ? Les Européens n'ont visiblement pas l'intention de se laisser faire : "Chère Amérique, considérez mieux vos alliés, après tout, vous n'en avez pas tant que ça", a rétorqué Donald Tusk, président du Conseil européen. Le président américain doit rencontrer Angela Merkel puis Emmanuel Macron dans la journée, en marge d'un sommet qui s'annonce déjà très tendu.

Le JT
Les autres sujets du JT
Donald Trump, le 29 juin 2018, dans le Maryland.
Donald Trump, le 29 juin 2018, dans le Maryland. (SAUL LOEB / AFP)