"Le Brexit a été perdant-perdant", estime le secrétaire d'Etat Lemoyne

Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, est l'invité des "4 Vérités" de France 2, vendredi 7 juin.

France 2

Jeudi 6 juin, le président américain Donald Trump et Emmanuel Macron se sont retrouvés pour célébrer les 75 ans du Débarquement des Alliés sur les plages normandes. "L'Amérique n'est jamais aussi grande que lorsqu'elle se bat pour la liberté des autres", a déclaré le président de la République en tançant Donald Trump et sa politique.

"Je crois qu'Emmanuel Macron a voulu dire tout simplement que nous avions besoin de l'Amérique pour faire en sorte que la stabilité revienne dans un certain nombre d'endroits et que nous avions besoin d'y travailler dans la sérénité, c'est valable en matière de commerce international", explique Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, sur le plateau des 4 Vérités de France 2, vendredi 7 juin.

Divergences sur la méthode

"Aujourd'hui le monde est parcouru de tensions, de crises, de foyers qui se réveillent partout. Face à cela on a un défi, c'est de bâtir ensemble cette paix, cette stabilité", précise Jean-Baptiste Lemoyne. Sur la guerre commerciale ou sur l'Iran "on a des préoccupations similaires, nous souhaitons encadrer un certain nombre d'activités nucléaires en Iran. Mais là où nous divergeons parfois c'est sur la méthode. Nous pensions qu'il faut la négociation, là ou parfois nos amis américains vont sur l'imposition de mesures unilatérales", indique le secrétaire d'État.

En visite au Royaume-Uni, Donald Trump a promis à Londres une relation commerciale privilégiée. Washington a-t-il choisi son camp et cherche-t-il à créer des tensions avec l'Union européenne ? "Après le Brexit, la France, l'Union européenne, nous devons garder une relation très proche avec nos amis britanniques, notamment en matière de Défense", élude Jean-Baptiste Lemoyne, qui assure que "le Brexit a été perdant-perdant". La sortie du Royaume-Uni est-elle inéluctable ? "Le peuple britannique a voté et je crois que lorsque le peuple a voté, son choix doit être respecté, on verra dans quelques années si les Britanniques font un choix différent".

Jean-Baptiste Lemoyne pose le 15 mars 2017, à Paris.
Jean-Baptiste Lemoyne pose le 15 mars 2017, à Paris. (JOEL SAGET / AFP)